NOUVELLES
28/01/2013 05:21 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

L'auteur présumé de la fusillade de Montréal jugé apte à un procès

L'auteur présumé de la fusillade de Montréal qui avait fait un mort le soir de la victoire électorale des indépendantistes québécois, en septembre, a été déclaré apte lundi à avoir un procès après examen psychiatrique, ont annoncé son avocate et la partie civile.

La défense de Richard Henry Bain avait demandé en décembre que l'état psychologique de ce Canadien anglophone sexagénaire soit évalué compte tenu "du discours qu'il tient".

Poursuivi pour 16 chefs d'accusation, dont un pour meurtre et trois pour tentative de meurtre, il se présente comme un "soldat chrétien" ayant reçu une mission de Jésus pour "combattre les séparatistes" québécois.

Au terme de son examen, le médecin mandaté n'a pas été capable "d'arriver à une conclusion ferme" sur l'état psychologique de M. Bain, seul suspect de cet attentat survenu le 4 septembre au coeur de la métropole québécoise, a déclaré à la presse son avocate, Me Elfriede Duclervil.

"Le juge a évalué la question. Et il a décidé que malgré tout cela, M. Bain était apte", a-t-elle ajouté.

Me Jean Pascal Boucher, représentant de la Couronne -partie civile-, a pour sa part dit qu'il prenait "acte de la décision" du juge, se disant prêt pour la prochaine audience, qui doit se tenir le 20 février.

Le 4 septembre, au moment de son arrestation à proximité du Métropolis, la salle de concert où avait lieu le rassemblement des indépendantistes, le tireur présumé, vêtu d'une robe de chambre, avait crié "Les Anglais se réveillent".

Il avait auparavant tenté, en vain, de pénétrer dans la salle de concert, tuant un technicien qui l'en empêchait, blessant une autre personne et tentant de mettre le feu au Métropolis où la nouvelle Première ministre du Québec, Pauline Marois, prononçait son discours de victoire.

sab/via/are