NOUVELLES
28/01/2013 01:33 EST | Actualisé 29/03/2013 05:12 EDT

Lalonde a donné 60 000 $ comptant à Maciocia en 2005, puis 15 000 $ à Magri en 2009

CEIC

Un texte de Bernard Leduc

Le président de Génius Conseil affirme avoir distribué des milliers de dollars en pots-de-vin dans des arrondissements montréalais entre 2004 et 2009. Michel Lalonde a été particulièrement généreux avec l'arrondissement Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles où sa compagnie a son siège social et y a exécuté de nombreux contrats.

M. Lalonde a ainsi admis avoir donné 60 000 $ en argent comptant à l'ancien maire de Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles, Cosmo Maciocia, pour les élections municipales de 2005, puis 15 000 $ à son successeur, Joe Magri en 2009.

Dans le cadre de son témoignage devant la commission Charbonneau, le PDG de Genius Conseil (anciennement groupe Séguin) a expliqué qu'il entretenait depuis déjà plusieurs années des relations avec M. Maciocia lorsqu'il lui a fait cette demande, lors d'un lunch au printemps 2005.

« J'ai une grosse élection à préparer », aurait alors dit M. Maciocia, « je risque d'avoir de l'opposition, ça va être une élection importante pour moi. Je vais avoir besoin d'aide, j'aimerais ça compter sur toi [...] j'aurais besoin de 60 000 $ ».

Notre blogue en direct

M. Lalonde, qui avait déjà été appelé par le grand argentier d'Union Montréal, Bernard Trépanier, à donner 100 000 $ au parti pour les élections générales, dit avoir trouvé la somme demandée élevée. M. Maciocia se serait alors empressé de le rassurer :

« Inquiète-toi pas, tu as quand même eu beaucoup de projets dans l'arrondissement, d'autres s'en viennent après les élections », lui aurait dit M. Maciocia.

M. Maciocia aurait en outre précisé qu'il entendait solliciter Dessau pour le même montant. Rosaire Sauriol de Dessau lui a confirmé par la suite que sa firme avait « appuyé » Maciocia, a dit M. Lalonde à la commission. Dessau était aussi très présent dans l'arrondissement.

M. Lalonde dit avoir donné la somme demandée en plusieurs versements, lors de rencontres avec M. Maciocia à son bureau de l'hôtel de ville, à son bureau d'arrondissement, ainsi qu'au restaurant.

M. Maciocia a quitté la vie politique au printemps 2009, quelques mois avant les élections municipales. Il a été remplacé dans ses fonction par Joe Magri. Ce dernier aurait aussi sollicité M. Lalonde pour de l'argent pour sa caisse électorale.

Le PDG de Génius dit avoir remis 15 000 $ à ce dernier pour les élections de 2009, par l'intermédiaire de Nicolo Milioto de Mivela Construction. M. Magri a démissionné en mars 2010 de la mairie pour des raisons de santé.

M. Lalonde affirme enfin avoir versé 2000 $ à 3 ou 4 reprises à Laurent Gravel, directeur du génie dans Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles. M. Gravel s'occupait des comités de sélection de l'arrondissement.

Le Groupe Séguin était très présent dans ce secteur depuis le début des années 1980, où se trouve d'ailleurs son siège social. Lors de la fusion, différents mandats qu'il avait jusqu'ici cumulés dans Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles ont été reconduits avec ce qui s'appelle un mandat-cadre, une mesure qui permettait à la firme de maintenir ses droits acquis pour une période transitoire. Cet avantage aurait pris fin vers 2009, 2010, a expliqué M. Lalonde à la commission Charbonneau.

La formule du 3 % fait son chemin dans Ahuntsic-Cartierville

Michel Lalonde a par ailleurs fait des contributions à des élus d'autres arrondissements montréalais où sa firme était présente ou souhaitait l'être.

Il a notamment eu une rencontre, début 2006, avec le conseiller municipal d'Ahuntsic-Cartierville Jean-François St-Onge et le directeur général de l'arrondissement Éric Lachapelle qui lui ont demandé une ristourne équivalent à 3 % de la valeur des contrats. M. Lalonde aurait en tout remis entre 15 000 et 20 000 $ pour cet arrondissement. Il a aussi remis l'équivalent de 14 000 $ de billets de hockey à M. Lachapelle en 2007. M. Lachapelle est maintenant directeur général de la Ville de Saint-Jérôme.

Le PDG de Génius a aussi affirmé avoir donné 2000 $ à Bernard Trépanier pour l'élection de Michel Bissonnet dans l'arrondissement de Saint-Léonard en 2009.

M. Bissonnet était auparavant député libéral et avait notamment occupé les fonctions de président de l'Assemblée nationale.

Il siège au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Autre montants :

  • 20 000 $ à Bernard Trépanier pour renflouer les mondiaux de la FINA en 2005 à Montréal
  •  2000$ à Bernard Trépanier pour l'élection du maire Gilles Deguire dans Montréal-Nord en 2009

Lalonde : un homme prévoyant

 Fidèle contributeur d'Union Montréal depuis 2004, M. Lalonde a néanmoins répondu présent lorsque Vision Montréal lui a fait des avances à l'approche des élections municipales de 2009.

Le PDG de Génius a expliqué avoir été approché par Michel Petit, l'organisateur de la campagne de Benoît Labonté,qui lui a demandé 25 000 $. M. Petit lui aurait aussi dit que d'autres firmes et des entrepreneurs seraient sollicités, certains pour 25 000 $, d'autres pour 50 000 $.

« J'ai accepté de verser le 25 000 $ », a dit M. Lalonde, qui dit avoir néanmoins demandé, avant de donner la somme, de bénéficier d'une « visite de courtoisie » de M. Labonté.

« J'ai eu une rencontre vite faite avec M. Labonté et M. Milioto était présent. Pour confirmer, pas les montants, mais plutôt le fait qu'on était là pour l'appuyer (...) par la suite j'ai rencontré M. Petit et lui ai remis le 25 000 $ auquel je m'étais engagé en argent comptant, à mon bureau. », a expliqué M. Lalonde.

 M. Labonté a été chef de Vision Montréal jusqu'en juin 2009, alors qu'il cède sa place à Louise Harel. Il devient alors son bras droit, avant d'être contraint à la démission à l'automne.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref