NOUVELLES
28/01/2013 07:43 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

Israël se mobilise contre une dispersion des armes chimiques syriennes

Israël multiplie les mesures diplomatiques et de sécurité pour empêcher que des armes chimiques du régime syrien ne tombent aux mains de mouvements islamistes, affirmaient lundi les médias israéliens et des sources de sécurité.

Le déploiement dimanche de deux batteries du système antimissile Iron Dome dans le nord d'Israël vise à pouvoir déclencher rapidement, si nécessaire, une action militaire contre des cibles en Syrie ou au Liban, a expliqué à l'AFP une source de sécurité israélienne.

Selon cette source, Israël considère que le Hezbollah chiite libanais est fortement engagé au côté du président syrien Bachar al-Assad, mais pourrait s'emparer de son arsenal chimique en cas de chute du régime.

L'armée israélienne a pour sa part annoncé dans un communiqué le déplacement d'une batterie vers le nord, où des témoins ont fait état d'une intense activité aérienne israélienne.

Selon le quotidien israélien Maariv, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a envoyé son conseiller à la sécurité nationale "en urgence" à Moscou, pour qu'il s'y entretienne avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov des moyens de prévenir une dissémination des armes chimiques du régime syrien parmi des groupes armés.

M. Netanyahu a également rencontré dimanche l'ambassadeur américain en Israël, Dan Shapiro, selon le quotidien.

Lundi, M. Shapiro a évoqué à la radio publique israélienne des "discussions entre les services de renseignements" pour conjurer deux risques majeurs: "Soit que le régime utilise des armes chimiques contre la population syrienne, soit que des armes chimiques tombent aux mains du Hezbollah ou d'autres organisations extrémistes".

"Israël, et pas seulement Israël, garde un oeil très attentif sur les stocks d'armes, pour apprécier le plus précisément possible ce qu'il en advient", a déclaré à la radio publique le ministre en charge de la Défense passive, Avi Dichter.

"Il s'agit à la fois de savoir comment réduire les stocks et de dissuader quiconque de mettre la main dessus", a-t-il expliqué.

Lors d'une rencontre avec une délégation de membres du Congrès américain, lundi, M. Netanyahu a assuré qu'il travaillait en "très étroite coopération" avec Washington, y compris sur l'évolution de la situation en Syrie.

"Cela est très important pour la stabilité de la région, pour la sécurité d'Israël, et c'est très apprécié", a indiqué un communiqué de son bureau.

Selon les médias israéliens, M. Netanyahu a tenu une réunion d'urgence du cabinet restreint et des services de sécurité sur le risque d'une dissémination des arsenaux syriens le 23 janvier, au lendemain des élections législatives qui lui ont donné un nouveau mandat mais avec une majorité réduite.

Le Premier ministre israélien a assuré dimanche qu'il s'efforcerait de "constituer le gouvernement le plus large et le plus stable possible afin de faire face à toutes les importantes menaces sécuritaires qui visent Israël", citant l'Iran et "des armes létales dans une Syrie qui est en train de se désintégrer".

Selon les médias israéliens, il a proposé le portefeuille de ministre des Affaires étrangères au centriste Yaïr Lapid, ex-star de télévision qui a réalisé une percée électorale inattendue.

scw-sst/agr/cnp