NOUVELLES
28/01/2013 11:41 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

Des riches encore plus riches

L'écart entre les Canadiens les plus riches et le reste de la population s'accroît. Les données rendues publiques par Statistique Canada, lundi, indiquent qu'il fallait gagner 201 400 $ par année en 2010 pour entrer le club des 1 % des Canadiens les plus riches, comparativement à 147 500 $ en 1982.

Ce qui frappe davantage, toutefois, est l'augmentation de l'écart entre les revenus de ces deux groupes.

Ainsi, le revenu médian du groupe des 1 % est passé de 191 600 $ en 1982 à 283 400 $ en 2010, soit une augmentation de 48 %, alors que le revenu médian de 99 % de la population est passé, durant la même période, de 28 000 $ à 28 400 $, une maigre hausse de 1,4 % en 18 ans.

En d'autres termes, le revenu médian des plus fortunés, qui était sept fois plus élevé que celui du reste de la population en 1982, est maintenant dix fois plus élevé.

Quant au revenu moyen des deux groupes, celui des plus plus fortunés se situait à près de 430 000 $ en 2010, comparativement à un revenu moyen de 36 600 $ pour 99 % de la population, ce qui veut dire qu'en moyenne, 1 % de la population canadienne gagne en moyenne 12 fois plus d'argent que le reste des contribuables.

Sans surprise, ils paient également plus d'impôts: la part de revenus des gouvernements fédéral et provinciaux provenant de la tranche des 1 % est passée de 13,4 % en 1982 à 21,2 % en 2010. Il s'agit cependant d'une baisse par rapport au sommet de 2007, où les plus riches avaient versé 23,3 % des revenus gouvernementaux.

À l'échelle provinciale, l'Ontario, l'Alberta, le Québec et la Colombie-Britannique, dans l'ordre, regroupent 92 % des personnes les plus fortunées. La proportion d'Albertains entrant dans ce groupe restreint a doublé entre 1982 et 2010, passant de 10 % à 20 % pendant que celle des Ontariens a diminué de 51 % à 43 %. À elle seule, la ville de Calgary a vu sa proportion de gens très fortunés passer de 5 % à 11 %.