NOUVELLES
28/01/2013 12:31 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

Armes: Obama compte sur les policiers pour faire pression sur le Congrès

Barack Obama a affirmé qu'il comptait sur les policiers pour faire pression sur le Congrès afin qu'il renforce la législation sur les armes à feu, en recevant lundi des responsables des forces de l'ordre de villes américaines endeuillées par des fusillades.

Un mois et demi après le massacre de jeunes écoliers de Newtown (Connecticut, nord-est) qui l'a forcé à placer le contrôle des armes à feu parmi ses priorités législatives et réglementaires, le président des Etats-Unis a reçu à la Maison Blanche une douzaine de responsables policiers.

Parmi eux figuraient le chef de la police de Newtown, mais aussi celui d'Aurora au Colorado (ouest), où 12 personnes avaient été abattues dans un cinéma l'été dernier et celui d'Oak Creek (Wisconsin, nord) où six personnes ont perdu la vie lors d'une fusillade dans un temple sikh en août.

Les dirigeants de la police de Chicago (Illinois, nord) et Philadelphie (Pennsylvanie, est) étaient également présents lundi parmi les responsables "qui partagent notre profonde inquiétude au sujet des questions de sécurité des armes, sur la façon dont nous pouvons protéger nos collectivités et faire en sorte que nos enfants restent sains et saufs", a expliqué M. Obama.

"Si les responsables des forces de l'ordre qui doivent gérer les conséquences (de la violence due aux armes) chaque jour se mettent d'accord sur les mesures que nous devons prendre, le Congrès les écoutera et nous pourrons faire des progrès", a aussi espéré M. Obama.

Le 16 janvier, le président a présenté un ambitieux plan de lutte contre la violence due aux armes, signant des mesures réglementaires et exhortant le Congrès à faire évoluer la législation, notamment en interdisant les armes d'assaut et les chargeurs de plus de dix balles.

Les alliés de M. Obama ont présenté un texte législatif en ce sens jeudi dernier.

Mais l'opposition à tout changement de la loi dépasse le clivage entre républicains et démocrates, dans un pays où 40% des Américains possèdent une arme à feu, et où les pères fondateurs ont amendé la Constitution pour en garantir le droit.

tq/bdx