NOUVELLES
28/01/2013 04:16 EST | Actualisé 30/03/2013 05:12 EDT

Aide humanitaire en Syrie: réunion de donateurs mercredi au Koweït

Le Koweït accueille mercredi une réunion de donateurs pour tenter de lever 1,5 milliard de dollars destinés à cinq millions de Syriens affectés par le conflit sanglant dans leur pays.

La réunion est organisée sous le parrainage des Nations unies qui s'apprêtent à lancer un programme d'aide massif au profit des quatre millions de Syriens qui ont besoin d'assistance à l'intérieur du pays.

L'aide doit aussi bénéficier aux quelque 650.000 Syriens réfugiés dans les pays voisins, dont le nombre est appelé à doubler d'ici juin, selon l'ONU.

Cette conférence, la première du genre, doit être ouverte par l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, dont le pays doit annoncer, selon la presse locale, une aide de 500 millions de dollars.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon comme la responsable des opérations humanitaires de l'ONU, Valerie Amos, seront présents.

Une soixantaine de pays participeront à cette réunion, y compris la Russie et l'Iran, principaux soutiens du régime du président Bachar al-Assad.

Une soixantaine d'organisations non-gouvernementales tiendront des assises, la veille de la réunion, pour mobiliser également de l'aide aux Syriens, selon Abdallah al-Maatouq, président de la Fondation islamique de charité du Koweït.

"Les Nations unies espèrent un élargissement du réseau des donateurs pour permettre de subvenir aux besoins humanitaires" des Syriens, a déclaré à l'AFP Néjib Friji, responsable média de la conférence pour l'ONU.

Dans un communiqué, l'organisation internationale a indiqué espérer mobiliser 1,5 milliard de dollars pour les civils à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.

"La situation humanitaire en Syrie est catastrophique et va empirer. Quatre millions de personnes font face à une violence implacable et à des violations des droits humains", a souligné Mme Amos dans un message à la conférence.

"Plus de 650.000 personnes ont fui le pays. Les gens ordinaires sont en train de payer au prix fort l'échec de la communauté internationale à s'accorder sur une solution politique de la crise", a-t-elle ajouté.

"Nous fournissons une aide alimentaire à 1,5 million de personnes et une assistance à quelque 400.000 autres mais ce n'est pas assez", a-t-elle dit.

M. Ban avait indiqué la semaine dernière que la moitié des personnes affectées par le conflit étaient des enfants.

John Ging, chef des opérations du Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Ocha), a souligné de son côté que l'ONU serait forcée de réduire les rations alimentaires distribuées aux Syriens si les donateurs ne se montrent pas beaucoup plus généreux.

Il a souligné que la valeur nutritive des rations "avait déjà été réduite de 50% depuis deux mois" en raison de problèmes de financement.

M. Ging a conduit la semaine dernière une mission en Syrie pour évaluer les besoins des civils. La délégation a visité Deraa (sud), Homs et Talbissé (centre), trois villes très affectées par les violences.

"Notre mission est claire: il y a beaucoup à faire, c'est urgent", avait-il alors déclaré, en soulignant que "notre appel de 590 millions de dollars pour nos programmes n'a été financé qu'à 50%".

La coalition de l'opposition syrienne a indiqué vouloir presser les Nations unies de ne fournir aucune aide aux institutions du régime.

Pour sa part, l'Agence des Nations unies pour l'aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA) a appelé la réunion du Koweït à ne pas oublier les quelque 500.0000 Palestiniens installés en Syrie.

Le blocage politique et diplomatique est total en Syrie où plus de 60.000 personnes ont péri selon l'ONU depuis le début de la révolte populaire en mars 2011, qui s'est transformée en conflit armé face à la répression menée par le régime.

oh/mh/cco/cnp