NOUVELLES
27/01/2013 12:11 EST | Actualisé 29/03/2013 05:12 EDT

USA: des élus "optimistes" quant à une réforme de l'immigration

Un élu républicain et un autre démocrate ont affiché dimanche leur "optimisme" quant à une prochaine réforme de l'immigration aux Etats-Unis, un des chantiers prioritaires auxquels le président Barack Obama veut s'atteler au début de son second mandat.

"Je suis raisonnablement optimiste quant au fait que cette fois-ci, nous arriverons à le faire", a déclaré sur la chaîne ABC News le sénateur républicain John McCain, lui-même élu de l'Arizona (sud-ouest), Etat frontalier du Mexique.

"Je vais vous parler franchement: regardez les résultats de la dernière élection" présidentielle: "Nous perdons de façon spectaculaire le vote hispanique, dont je pense, pour diverses raisons, qu'il devrait nous être acquis, et il faut que l'on comprenne pourquoi", a-t-il poursuivi. Les hispaniques avaient largement soutenu Barack Obama lors de l'élection du 6 novembre.

"On ne peut pas continuer à vivre dans ce pays avec 11 millions de personnes qui restent dans l'ombre, avec un statut illégal", a poursuivi M. McCain. "On ne peut pas continuer avec des enfants qui sont nés ici --ou qui ont été amenés très jeunes par leurs parents-- et qui vivent eux aussi dans l'ombre. Je pense que le moment est venu" de réformer l'immigration, a-t-il conclu.

Le sénateur démocrate du New Jersey Robert Menendez, qui a assisté vendredi à une rencontre entre Barack Obama et des élus hispaniques du Congrès, s'est lui aussi dit "prudemment optimiste" sur ABC News.

Le président américain doit se rendre dans le Nevada la semaine prochaine pour promouvoir une réforme rapide de l'immigration. Au cours de ce voyage --son premier depuis qu'a débuté la semaine passée son second mandat-- le président promettra de "redoubler ses efforts pour travailler avec le Congrès à réparer notre système d'immigration cette année, a déclaré le Maison Blanche vendredi.

Un projet de loi soutenu par Barack Obama et qui aurait abouti à régulariser un grand nombre des quelque 10 millions de sans-papiers vivant aux Etats-Unis avait été rejeté fin 2010 au Congrès en raison de l'opposition des républicains, qui sont toujours majoritaires à la Chambre des représentants.

jk-mdm/nr/