NOUVELLES
27/01/2013 11:42 EST | Actualisé 29/03/2013 05:12 EDT

Novak Djokovic bat Andy Murray pour triompher une fois de plus en Australie

MELBOURNE, Australie - Novak Djokovic est devenu le premier tennisman depuis 1968 à remporter les Internationaux d'Australie trois ans de suite, dimanche, battant Andy Murray 6-7 (2), 7-6 (3), 6-3 et 6-2 en finale.

«C'est vraiment mon Grand chelem préféré, a dit le Serbe, qui a pu célébrer après un match de trois heures et quarante minutes. C'est une sensation incroyable de soulever le trophée encore une fois. J'adore ce terrain-là.»

Djokovic a remporté quatre de ses six titres majeurs à Melbourne Park. Neuf autres joueurs ont triomphé deux fois de suite en Australie, en 45 ans, mais on n'avait pas encore vu de triplé consécutif.

Seuls Jack Crawford (1931-33) et Roy Emerson (1963-67) ont réussi pareil exploit, avant 1968.

La victoire de Djokovic consolide sa première place à l'ATP, avec Roger Federer et Murray deuxième et troisième quand le nouveau classement sera publié, lundi

Djokovic et Murray sont nés à un mois l'un de l'autre en 1987, et leur amitié dure depuis les rangs juniors. Ils ont montré comment ils connaissent bien leurs jeux respectifs, dimanche, dans un nouveau duel entre les finalistes de l'an dernier à Flushing Meadows, où l'Écossais a prévalu.

Il n'y a pas eu de bris de service avant le huitième jeu du troisième set, quand Djokovic en a signé un avant de remporter son service à zéro, pour prendre l'avance deux sets contre un.

Djokovic a réussi deux autres bris en quatrième manche, dont un qui lui donnait les devants 4-1, quand Murray a commis une double faute pour concéder le jeu.

«C'est un match qui a répondu aux attentes, a dit Djokovic. Quand nous jouons l'un contre l'autre, nous allons toujours au bout de nos limites. Je devais être concentré sur chaque point.»

En fin de deuxième set, Murray a demandé de nouveaux bandages pour des ampoules au pied droit.

«C'était un peu douloureux en se déplaçant, a dit Murray, qui s'inclinait en finale australienne pour la troisième fois en quatre ans. Ce n'est pas comme s'étirer un muscle du mollet, par exemple. C'est quand vous courez que ça fait mal.»

Djokovic a comblé un déficit de 0-40 pour garder son service dans le deuxième jeu du deuxième set, qualifiant après coup ce jeu comme l'un des points déterminants.

«Il a raté un revers facile et je pense qu'après ça je suis devenu plus relaxe, a dit le Serbe. Je commençais à prendre mon rythme. Je suis devenu un peu plus agressif et j'ai commencé à dicter le tempo.»