NOUVELLES
27/01/2013 09:42 EST | Actualisé 29/03/2013 05:12 EDT

Journée de commémoration de l'Holocauste: des survivants se souviennent

VARSOVIE, Pologne - Des survivants, des politiciens et des leaders religieux ont souligné dimanche la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste avec des prières et des avertissements concernant l'importance de ne plus jamais laisser une telle horreur se produire.

Plusieurs événements se sont déroulés à différents endroits, dont à l'ancien camp de concentration d'Auschwitz où les nazis ont tué au moins 1,1 million de personnes, pour la plupart des Juifs, au sud de la Pologne.

Dimanche marque le 68e anniversaire de la libération du camp par les troupes soviétiques en 1945.

Dans la capitale polonaise, une prière avait été organisée devant un monument rendant hommage aux combattants du soulèvement du ghetto de Varsovie en 1943.

«Le souvenir de cette immense tragédie, qui, entre tous, a durement frappé les juifs, doit représenter pour tous un avertissement constant pour que les horreurs du passé ne se répètent pas, pour que toute forme de haine et de racisme soit vaincue, et que le respect et la dignité de tous les humains soit encouragé», a déclaré le pape Benoit XVI à Rome.

En marge d'une cérémonie à Milan, l'ex-premier ministre italien Silvio Berlusconi a soulevé la controverse lorsqu'il a salué l'ancien dictateur Benito Mussolini pour «avoir bien agi» malgré ses lois antisémites. M. Berlusconi a également défendu Mussolini dans son alliance avec Hitler, affirmant qu'il avait estimé qu'il serait plus avantageux de s'allier avec les vainqueurs.

En 2005, les Nations unies ont désigné le 27 janvier comme la journée anniversaire pour les victimes de l'Holocauste — six millions de Juifs et des millions d'autres victimes de l'Allemagne nazie lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Dans une déclaration transmise cette même journée, le président américain Barack Obama a appelé à «s'engager à résister à la haine et à la persécution sous toutes leurs formes».

L'événement-clé des cérémonies de cette année fut l'ouverture d'une exposition, préparée par des experts russes, qui présente les souffrances soviétiques dans le camp d'Auschwitz, ainsi que le rôle des forces soviétiques dans sa libération.

Il y a plusieurs années, des responsables polonais avaient stoppé l'ouverture d'une précédente exposition. Celle-ci avait été jugée offensante, puisque les Russes décrivaient les Polonais, les Lituaniens et les autres citoyens du territoire de l'ex-URSS comme des citoyens soviétiques.