NOUVELLES
26/01/2013 01:54 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

L'Egypte attend le verdict dans le procès d'un match de football meurtrier

L'Egypte se préparait samedi à une journée à haut risque avec le verdict dans le procès du drame de Port-Saïd, l'un des pires de l'histoire du football, dans un climat tendu alourdi par les menaces de supporteurs d'instaurer le "chaos" si justice n'est pas rendue aux victimes.

Le pays, qui marquait vendredi le deuxième anniversaire du début du soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak, a été le théâtre de violences pendant les dernières 24 heures. Sept personnes ont été tuées dans des affrontements entre manifestants hostiles au pouvoir islamiste et policiers.

En février 2012, 74 personnes étaient mortes à Port-Saïd (nord-est) après un match entre le grand club cairote d'Al-Ahly et une équipe locale, Al-Masry.

Plus de 70 personnes ont été inculpées pour les violences. Elles récusent toutes les charges de meurtre avec préméditation et de port d'armes prohibé pesant sur elles.

Les "Ultras" d'Al-Ahly, des supporteurs fervents et organisés qui revendiquent la grande majorité des victimes, ont prévu de manifester dans la journée de samedi. Ils ont menacé les autorités de "chaos" si le verdict n'est pas assez sévère.

Mercredi, des centaines d'entre eux avaient mené une série d'actions symboliques au Caire, encerclant la Bourse du Caire puis bloquant une station de métro ainsi qu'un axe central de la capitale.

Les "Ultras" sont réputés pour leur soutien actif à la révolte populaire qui a provoqué début 2011 la chute de Hosni Moubarak et pour leur participation aux manifestations contre le pouvoir militaire de transition qui ont suivi.

iba/vl