NOUVELLES
25/01/2013 10:31 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

USA: le vice-président va défendre sur le terrain la réforme des armes à feu

Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden devait se rendre vendredi aux portes du Vieux Sud conservateur pour défendre un renforcement de la législation sur les armes à feu, mouvement enclenché dans la foulée de la fusillade d'écoliers à Newtown en décembre.

Selon son programme officiel, le numéro deux de l'exécutif américain, qui a mené depuis Newtown la réflexion sur la lutte contre la violence due aux armes à feu, est attendu en fin de matinée à Richmond (Virginie, est) pour une "table ronde" avec des hauts responsables de l'administration et des experts.

Ces experts ont étudié la question des armes à feu à la suite de la fusillade qui avait fait 33 morts dans l'université Virginia Tech en 2007, a précisé la Maison Blanche. Virginia Tech, à Blacksburg, est située à 300 km de Richmond.

La Virginie, au sud de Washington, illustre à plus d'un titre la difficulté de lutter contre la prolifération des armes. Les législateurs locaux ont abrogé en 2012 une loi qui interdisait d'en acheter plus d'une par mois. C'est également dans cet Etat qu'est installé le siège du puissant lobby des marchands d'armes à feu, la National Rifle Association (NRA).

Ce déplacement du vice-président intervient alors qu'au Congrès américain, à Washington, les démocrates ont lancé jeudi leur campagne pour renforcer la législation sur les armes à feu et notamment les fusils semi-automatiques.

La sénatrice démocrate Dianne Feinstein a présenté un texte qui interdirait la vente, la fabrication et l'importation de nouvelles armes semi-automatiques de type militaire, et notamment le Bushmaster XM-15 utilisé par le tireur de l'école de Newtown, où 20 enfants et six membres de l'encadrement ont été abattus le 14 décembre.

Mais l'opposition dépasse le simple clivage entre républicains et démocrates et illustre la sensibilité du sujet, dans un pays où 40% des habitants possèdent une arme à feu, et où les pères fondateurs ont amendé la Constitution pour en garantir le droit.

tq-bur/are