NOUVELLES
25/01/2013 02:54 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Un groupe canadien a versé 160 millions de dollars à Saadi Kadhafi (presse)

Le groupe d'ingénierie canadien SNC Lavalin a versé 160 millions de dollars à Saadi Kadhafi pour obtenir des contrats en Libye sous le règne de son père, selon un document de la police fédérale cité par plusieurs médias canadiens vendredi.

Le document en question indique également que des dirigeants de SNC Lavalin ont participé à une opération clandestine destinée à faire entrer Saadi Kadhafi et ses proches au Mexique sous une fausse identité, peu après la chute de l'ancien régime libyen.

Une "consultante" du groupe, la Canadienne Cynthia Vanier, est effectivement en prison au Mexique depuis plus d'un an en raison de sa participation présumée à cette opération qui avait finalement avorté. Saadi Kadhafi est aujourd'hui réfugié au Niger.

Les pots-de-vin destinés à Saadi Kadhafi lui auraient été transférés via des comptes bancaires d'un ancien vice-président du groupe, Riadh Ben Aïssa, actuellement détenu en Suisse. Ils auraient servi à financer l'achat de bateaux de plaisance par le fils de l'ex-dictateur libyen.

La Gendarmerie Royale du Canada (GRC, police fédérale), a fait figurer ces renseignements dans un texte d'une soixantaine de pages présenté à un tribunal pour obtenir l'autorisation de perquisitionner au siège de SNC Lavalin.

SNC Lavalin, secoué depuis un an et demi par des soupçons de corruption, a réagi à la publication de ces révélations en se bornant à indiquer que certains faits cités ne lui étaient pas connus ou n'étaient pas prouvés et en réaffirmant sa volonté de coopérer avec la justice.

via/bdx