NOUVELLES
25/01/2013 02:29 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Libye: surprise à Benghazi après un appel des Occidentaux à quitter la ville

L'appel de plusieurs pays occidentaux à leurs ressortissants en Libye pour qu'ils quittent Benghazi suscite la surprise parmi les diplomates sur place et les responsables libyens, malgré l'influence croissante des groupes radicaux dans cette ville de l'Est.

"Tout le monde se pose des questions (...) On se demande pourquoi ils se sont affolés d'un coup", regrette le consul honoraire français à Benghazi, le Dr Jean Dufriche, "contraint", ainsi que d'autres Français, de quitter la ville sur ordre de Paris.

Joint par téléphone, M. Dufriche fait état d'une "réaction en chaîne" des capitales occidentales, suite à des "rumeurs" diffusées par des islamistes radicaux pour "faire partir les étrangers de Benghazi". "Si ceci était leur objectif, alors ils ont gagné", a-t-il déploré.

Chef de projet au Centre médical de Benghazi depuis plusieurs années, M. Dufriche estime que, jusqu'ici, il n'y avait "pas de signes alarmants" qui pourraient pousser les Occidentaux à la prise d'une telle "décision rapide".

La quarantaine de Français qui se trouvaient à Benghazi et sa région ont quitté la zone à la demande de Paris en raison de menaces d'attentats ou d'enlèvements visant les Occidentaux, a annoncé vendredi le Quai d'Orsay.

C'est la Grande-Bretagne en premier qui a commencé à appeler jeudi ses ressortissants à quitter la ville en raison d'une "menace spécifique et imminente" contre les Occidentaux. Un appel relayé par l'Allemagne, les Pays-Bas et la France.

Au lendemain de ces mises en garde, les journalistes de l'AFP n'ont constaté aucun mouvement de panique à l'aéroport de Benghazi, ni à la sortie des hôtels, dont le plus important, le Tibesti affiche même complet.

Toutefois, les deux écoles occidentales de la ville, l'International school et l'école européenne, ont leurs portes fermées depuis mercredi. Quatre enseignants occidentaux de l'école européenne ont quitté Benghazi jeudi et vendredi, selon une responsable de l'école.

Comme à l'accoutumée, la ville était quasi-déserte en ce jour de prière. Les forces de sécurité étaient invisibles dans le centre-ville, se contentant de tenir des points de contrôle sur les entrées de Benghazi.

Un diplomate en poste à Benghazi fait état d'une "décision surprise" de Londres, estimant que les Occidentaux ne sont plus que quelques dizaines dans la ville, et que ceux qui sont partis l'ont fait bien avant jeudi, notamment depuis l'attentat meurtrier contre le consulat américain en septembre 2012.

"Pourquoi les Britanniques ont-ils voulu faire toute cette agitation? On ne le sait pas encore", affirme-t-il sous couvert de l'anonymat.

Ce diplomate n'écarte pas la thèse avancée par certains analystes libyens selon laquelle cette évacuation des étrangers pourraient être une "mesure préventive précédant une intervention militaire américaine contre les groupes radicaux qui pullulent dans l'Est libyen, en particulier à Derna", fief des jihadistes.

Il déplore cependant l'absence de protection des représentations diplomatiques. "Nous ne cessons de demander de la protection aux autorités, en vain", regrette-t-il.

"Nous avons fait notre devoir pour protéger les représentations diplomatiques. Mais en même temps nous ne pouvons pas surveiller tous les étrangers partout où ils sont", affirme de son côté le colonel Moustapha al-Rakik, directeur de la sûreté à Benghazi.

"Nous avons été surpris par l'annonce de Londres qui a suscité la panique parmi les étrangers mais aussi les Libyens ici", affirme le porte-parole du Conseil local de Benghazi, Oussama Cherif, estimant, qu'il n'y avait "pas de menaces particulières visant les étrangers".

Tripoli affirme que rien ne justifiait la mise en garde de Londres, tout en reconnaissant "des problèmes de sécurité à Benghazi et ceci depuis plusieurs mois". "Mais il n'y a pas de nouvelles données qui puissent justifier cette réaction de Londres", selon les autorités.

ila/vl