NOUVELLES
25/01/2013 04:21 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

L'Ancienne-Lorette : le contrat de location des heures de glace soumis aux citoyens

Les citoyens de L'Ancienne-Lorette pourront se prononcer sur l'important contrat de location du Complexe sportif multidisciplinaire signé entre la Ville et le consortium Roche-Drolet. Le ministère des Affaires municipales, qui l'avait contraint l'été dernier à faire approuver préalablement l'entente, l'oblige maintenant à soumettre le contrat à l'approbation des citoyens.

Dans une lettre adressée aux autorités de la Ville de L'Ancienne-Lorette, le 17 décembre, le ministère confirme que cette entente devait être soumise à l'approbation des citoyens.

Le registre sera accessible le 31 janvier de 9 h à 19 h à l'hôtel de ville de L'Ancienne-Lorette. Il faut 500 signatures pour que la résolution votée le 31 juillet dernier fasse l'objet d'un scrutin référendaire.

La Ville a publié un avis d'ouverture des registres il y a deux jours, dans le quotidien . Cependant, le président du Regroupement des payeurs de taxes de L'Ancienne-Lorette, qui est opposé à l'entente, accuse la Ville de ne pas publiciser suffisamment l'information. « La coutume à la Ville de L'Ancienne-Lorette, c'est de publier dans le journal local ou de publier dans le Journal de Québec. Jamais on n'a eu comme habitude de publier dans . Moi, j'ai l'impression que M. Loranger voulait cacher le fait que le ministre avait demandé de consulter la population », déplore M. Fortin, qui craint de manquer de temps pour mobiliser la population.

Le maire Émile Loranger dit respecter toutes les exigences de publication et les demandes du ministère. Il admet néanmoins qu'il ne veut pas aller en référendum. « Qu'est-ce qui arrivera si on va en référendum? Ça va coûter 130 000 $ pour faire un référendum. Et qu'est-ce qui arrivera si ça ne passe pas? On a flambé 7 millions de subventions pour rien. Et la Ville va passer de 265 $/heure pour louer la glace à 450 $/heure. C'est le meilleur deal et tout le monde l'admet », estime Émile Loranger.

Rappelons que l'été dernier, la Ville de L'Ancienne-Lorette a dû mettre fin au contrat signé en 2010 - une entente de 30 ans dans laquelle elle s'engageait à louer 2400 heures de glace annuellement - parce qu'elle ne s'était pas conformée à la Loi sur les cités et villes. Toute entente de plus de cinq ans entre une municipalité et une entreprise privée doit obtenir l'autorisation au préalable du ministère des Affaires municipales, dit la Loi. Le maire avait décidé de signer un nouveau contrat de 28 ans avec les mêmes conditions pour se conformer aux normes.