NOUVELLES
25/01/2013 07:45 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Kitbühel: Svindal devance Mayer et Innerhofer; Guay termine cinquième du super-G

KITZBÜHEL, Autriche - Aksel Lund Svindal est devenu vendredi le premier skieur en neuf ans à remporter trois super-G dans la même saison en Coupe du monde quand il a mis la main sur le titre à Kitzbühel, où le Québécois Érik Guay a terminé cinquième.

L'Autrichien Hermann Maier avait été le dernier à réussir l'exploit, lors de la saison 2003-04.

Cette 20e victoire en Coupe du monde de Svindal — sa première à Kitzbühel — le laisse à une du record norvégien qui appartient à Kjetil Andre Aamodt. Malgré la neige et le brouillard, Svindal a terminé en force pour franchir le parcours une minute et 14,68 secondes.

«J'ai déjà mené à Kitzbühel, mais j'ai toujours perdu, a déclaré Svindal. À mes yeux, le dernier gars à partir, Max Franz, pouvait encore me battre. Il est parti 30e, mais mon coeur a battu la chamade jusqu'à ce que je vois ses temps intermédiaires.»

L'Autrichien Matthias Mayer a terminé deuxième, à 13 centièmes. L'Italien Christof Innerhofer a complété le podium, à 0,4 seconde de la tête. Guay n'a raté le podium que par 30 centièmes. Le Norvégien Kjetil Jansrud s'est inséré entre Innerhofer et lui.

Quatre autres Canadiens ont pris part à la compétition. Jan Hudec a pris la 15e place; Manuel Osborne-Paradis, la 22e; Benjamin Thomsen, la 28e; et John Kucera, la 34e.

Cette victoire de Svindal lui permet d'accroître son avance en tête du classement de la discipline à 171 points devant l'Italien Matteo Marsaglia, qui n'a pas terminé la première manche. Elle lui permet aussi de rétrécir l'écart qui le sépare du meneur du classement général, Marcel Hirscher, à 88 points. L'Autrichien n'a pas pris part à cette épreuve.

Guay a perdu du temps quand il a pris la mauvaise ligne d'un virage, une petite erreur qui lui a probablement coûté sa place sur le podium.

«Je suis heureux de ma cinquième place, mais déçu de ne pas me retrouver sur le podium, a déclaré Guay. À un virage précis, je me suis présenté trop directement et j’ai fait contact avec la neige molle. J’ai toutefois extrêmement bien skié la fin du parcours.

«Je sens que c’est toujours la même histoire. Je skie bien à certains endroits, mais je demeure incapable de faire une course parfaite du début à la fin.»