NOUVELLES
25/01/2013 02:59 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Des milliers de civils fuient les violences dans le sud-est du Congo

Des milliers de personnes ayant fui les combats entre l'armée et une milice dans le sud-est de la République démocratique du Congo au cours des derniers jours n'ont accès à aucune aide médicale et leur vie pourrait être en danger, a déclaré Médecins sans frontières (MSF) vendredi.

L'exode dans la province du Katanga survient après une opération militaire qui a commencé il y a deux semaines contre les miliciens fidèles à Gédéon Kyungu Mutanga, un seigneur de guerre local qui s'est échappé de prison en 2011 après avoir été condamné pour crimes contre l'humanité.

MSF affirme que des milliers de personnes ne peuvent plus accéder à ses installations médicales. La plupart des enfants traités dans les programmes de nutrition sont partis avec leur famille et une campagne de vaccination contre la rougeole a été suspendue.

MSF ne sait pas exactement combien de personnes ont fui la région, mais affirme que plusieurs villages ont été complètement désertés.

«La population a vraiment peur. Les affrontements ont ramené beaucoup de mauvais souvenirs pour ces gens. Il y a des rumeurs au sujet de mouvements de troupes et les gens se sont enfuis», a déclaré Anne Marie Loof, une responsable de MSF qui a récemment participé à une mission dans la région.

De 2003 à 2006, la milice de Gédéon Kyungu Mutanga a incendié et pillé de nombreux villages et tué des centaines de civils, provoquant le déplacement de plus de 150 000 personnes dans la région, désormais appelée le «Triangle de la mort» par certains résidants.

Le seigneur de guerre a été arrêté en 2006 et reconnu coupable de crimes contre l'humanité trois ans plus tard par la justice congolaise.

PLUS:pc