NOUVELLES
25/01/2013 05:21 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Dernier jour de Timothy Geithner au poste de secrétaire au Trésor américain

Le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, quitte son poste vendredi, après avoir passé quatre ans à s'occuper des finances des États-Unis, pendant le premier mandat de Barack Obama.

M. Geithner doit être remplacé par Jacob Lew, un des bras droits du président américain, dont la nomination doit encore être validée par le Sénat. Le secrétaire au Trésor adjoint, Neal Wolin, assurera l'intérim.

Dirigeant de l'antenne new-yorkaise de la banque centrale (Fed) pendant cinq ans avant d'être nommé au Trésor, Timothy Geithner a connu un mandat mouvementé. Lorsqu'il arrive à la tête du département du Trésor, le 26 janvier 2009, l'économie américaine est en chute libre. Sous sa gouverne, la reprise s'installe lentement, et la fin de son mandat voit un pays qui n'a regagné officiellement que 64 % des quelque 11,8 millions d'emplois emportés par la dernière récession.

Lors de son passage au Trésor, il aura tout de même orchestré le plan de sauvetage du secteur automobile américain ainsi que celui du secteur financier, en renflouant constructeurs automobiles et banques. Il aura d'ailleurs transformé le deuxième de ces sauvetages en un succès, en évitant le gouffre comptable attendu : selon les dernières estimations du Trésor, secourir le secteur financier ne devrait finalement coûter qu'une quarantaine de milliards de dollars aux contribuables américains, un plan qui était évalué au départ à 356 milliards de dollars.

Timothy Geithner sera également celui qui a promulgué en 2010 la loi sur la réforme de Wall Street. Ce texte étend ou renforce le contrôle des autorités sur des pans entiers de la finance.

Le ministre a toutefois accordé quelques faveurs aux maîtres de la finance. Il a en effet enterré discrètement la proposition présidentielle de taxer les plus grandes banques et a aussi contribué à amoindrir la portée de la réglementation dite Volcker contre la spéculation bancaire.

En plus de quitter son ministère sans avoir trouvé avec les républicains un accord sur les moyens de faire baisser l'endettement des États-Unis, qui a considérablement augmenté en quatre ans, M. Geithner n'aura pas non plus réussi à réformer l'impôt sur les sociétés ou le marché du financement du logement.