NOUVELLES
25/01/2013 02:28 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Concubinage ou mariage, en amour il faut choisir (Cour Suprême du Canada)

Les couples québécois doivent choisir entre la liberté du concubinage et la sécurité du mariage, car ils ne sauraient avoir l'une et l'autre: tel est le fond d'une décision rendue vendredi par la Cour Suprême du Canada.

Son verdict vise un couple particulier, composé d'un homme d'affaires milliardaire et de son ancienne compagne, qui tentait en vain d'obtenir une pension alimentaire faramineuse.

Mais il a suscité un grand intérêt au Québec, où 38% des couples, soit 1,4 million de personnes, vivent en concubinage. Or, contrairement aux autres provinces canadiennes, le Québec ne prévoit pas de pension alimentaire à un ancien compagnon ou à une ancienne compagne.

Ceux que ce statu quo arrange ont donc poussé un soupir de soulagement. Mais l'affaire pourrait malgré tout conduire à terme à une évolution. Le ministre de la Justice du Québec, Bertrand Saint-Arnaud, a reconnu que la législation en la matière était "un peu disparate", et indiqué qu'il comptait engager une réflexion sur des modifications éventuelles.

Le couple visé par la Cour Suprême, décrit sous les pseudos d'Eric et Lola, mais dont l'identité est un secret de Polichinelle, a vécu ensemble pendant sept ans au Québec et a eu trois enfants, avant de se séparer en 2002.

L'ex-compagne a obtenu une maison et des versements mensuels de 34.000 dollars à titre de pension alimentaire pour les enfants. Elle a cherché à obtenir un versement unique de 50 millions de dollars et une pension mensuelle de 56.000 dollars pour elle-même.

La Cour suprême a confirmé les décisions des tribunaux qui avaient rejeté cette demande.

via/are