NOUVELLES
25/01/2013 06:50 EST | Actualisé 27/03/2013 05:12 EDT

Le compte Twitter des shebab a été suspendu après la publication des photos du soldat français tué

DR

SOMALIE - Le compte Twitter en anglais utilisé par les islamistes somaliens shebab, sur lequel les rebelles ont récemment publié la photo d'un soldat français tué dans une opération de commandos pour libérer l'otage Denis Allex, a été suspendu, a constaté vendredi l'AFP.

Les shebab ont confirmé et dénoncé cette suspension, en ironisant sur "une nouvelle preuve de la liberté d'expression en Occident", sur leur compte en arabe, qui était lui toujours opérationnel.

shebab twitter

Le 16 janvier dernier, les islamistes ont en effet publié, sur le compte Twitter en question, plusieurs photos de la dépouille d'un homme blanc, présenté comme étant le chef du commando ayant échoué à libérer samedi l'otage français Denis Allex. Des images mises en scène, montrant la croix chrétienne que portait le militaire autour du cou et les armes de ce dernier éparpillées autour du corps.

Depuis le lancement de ce compte Twitter en décembre 2011, les shebab l'utilisaient pour donner - dans un anglais parfait - les informations sur leurs dernières batailles, et les dégâts infligés à leurs adversaires.

Suivi par plus de 20.000 internautes, le compte n'hésitait pas à publier les photos des morts. Le chef du commando français n'était pas la première dépouille a avoir été exhibée par @hsm-press.

C'est également sur ce compte Twitter que les islamistes ont annoncé la mort de Denis Allex le 17 janvier.

Contacté par Le HuffPost, Twitter n'a pas encore précisé si cette suppression de compte était l'œuvre de l'équipe du réseau social ou l'aboutissement d'une procédure de modération des utilisateurs. En effet, Twitter ne semblait pas décidé à supprimer le compte ou ses contenus jusqu'à présent. Mais il est possible qu'après de nombreux "signaler comme spam" de la part des membres du réseau social, le compte ait été suspendu.

hsm spam

<

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique