NOUVELLES
24/01/2013 09:51 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Wall Street hésite à l'ouverture entre indicateurs encourageants et Apple

La Bourse de New York a démarré la séance en ordre dispersé jeudi, le Dow Jones profitant d'une salve d'indicateurs économiques encourageants et gagnant 0,31% alors que le Nasdaq était plombé par la dégringolade d'Apple et perdait 0,58%.

Vers 14H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'appréciait de 42,70 points à 13.822,03 points, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, lâchait 18,24 points à 3.135,43 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 avançait de 0,11% (+1,66 point), à 1.496,47 points.

Wall Street avait clôturé la veille à de nouveaux sommets, portée par de bons résultats d'entreprises et par le report de quelques mois de l'échéance sur le plafond de la dette américaine: le Dow Jones s'était apprécié de 0,49% à 13.779,33 points, son plus haut niveau depuis le 31 octobre 2007, et le Nasdaq de 0,33% à 3.153,67 points.

Apple "est un des centres d'attention aujourd'hui alors que les acteurs du marché se demandent si les meilleurs jours de l'entreprise ne sont pas derrière elle", a remarqué Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Malgré l'annonce de ventes records d'iPhone et d'iPad, le chiffre d'affaires de la marque à la pomme s'est de fait établi sous les attentes des analystes pour le troisième trimestre consécutif et ses prévisions pour la période allant de janvier à mars ont déçu les investisseurs. Le titre perdait jeudi matin plus de 12%.

Le Dow Jones, qui ne compte pas Apple parmi ses valeurs, et le S&P 500, pour qui la marque à la pomme est un composant moins important que pour le Nasdaq, profitaient de leur côté de nouvelles économiques encourageantes pour la croissance mondiale.

En Chine, l'expansion de la production manufacturière a été en janvier la plus forte d'un mois sur l'autre depuis deux ans, selon la banque HSBC.

L'activité du secteur privé dans la zone euro a atteint en janvier son plus haut niveau en 10 mois, suggérant que la phase la plus accrue de la récession est derrière les pays de l'Union monétaire.

Et aux Etats-Unis, les nouvelles inscriptions au chômage sont tombées à leur plus bas niveau en exactement cinq ans.

Ces chiffres éclipsaient l'annonce d'un déficit commercial record du Japon en 2012.

Le marché obligataire évoluait à la baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 1,844% contre 1,833% mercredi soir et celui à 30 ans à 3,041% contre 3,027%.

jum/sl/rap