POLITIQUE
24/01/2013 12:08 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Bernard Drainville ne s'oppose pas à l'ouverture du débat sur la rémunération des députés

PC

QUÉBEC - Le ministre des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, a ouvert la porte, jeudi, à une suggestion de l'opposition pour réexaminer la rémunération des députés.

M. Drainville a cependant mis en garde ses adversaires contre la possibilité que cette démarche retarde son projet d'abolir les primes de départ des parlementaires qui démissionnent avant la fin de leur mandat.

«On est prêts à s'assoir avec les autres partis pour voir comment on pourrait regarder la question de la rémunération dans son ensemble, a-t-il dit en entrevue. Maintenant, notre priorité reste l'abolition des primes pour les députés qui quittent avec la fin de leur mandat.»

M. Drainville a insisté sur l'importance d'examiner le dossier en profondeur, sans précipitation.

«Il faut faire ça sérieusement, on ne fera pas ça sur un coin de table, a-t-il dit. Visiblement la CAQ réagit à notre proposition sur les primes de départ.»

Le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), Gérard Deltell, a pour sa part déclaré jeudi que la rémunération des élus doit être considérée de façon globale.

La CAQ ne bloquerait pas une proposition de M. Drainville qui porterait seulement sur les primes de départ, mais M. Deltell a affirmé qu'il suggérerait de revoir la rémunération des élus.

Le député a donné l'exemple d'un projet de loi de M. Drainville sur les contributions dans lequel l'opposition a réussi à ajouter un plafond aux dépenses électorales.

«Finalement, il a compris qu'on avait raison et qu'il fallait l'inclure, a-t-il dit. Nous on croit que la question de la paie des parlementaires, des salaires, de la rémunération des parlementaire doit être vue dans son ensemble.

«Pourquoi le fonds de pension est plus généreux pour les parlementaires qu'ailleurs, c'est parce que les salaires sont plus bas qu'ailleurs. C'est pour ça que si on augmente les salaires, il faut baisser les fonds de pension.»

Dans une entrevue au quotidien Le Soleil, publiée jeudi, M. Deltell a estimé que le régime de retraite des parlementaires, qui leur accorde 4 pour cent de leur rémunération par année en fonction, était trop généreux.

La CAQ a annoncé son intention de déposer un projet de loi visant la création d'un comité indépendant qui examinerait la question de la rémunération des députés.

M. Drainville a exprimé son ouverture à la création d'un comité, en faisant valoir que les parlementaires devraient aussi être représentés, soit par des députés en poste actuellement ou qui l'ont été précédemment.

«Mais je pense que c'est important d'avoir le point de vue des premiers concernés, mais ça ne peut pas être que des députés, ça c'est clair parce qu'on est des mauvais juges sur cette question-là», a dit le ministre.

M. Drainville a affirmé que les retraites du secteur public perçues par les députés en fonction doivent aussi être examinées.

«Avant de dire si c'est acceptable ou si ce n'est pas acceptable, il faut à tout le moins se poser la question», a-t-il dit.

Le ministre a annoncé son intention, il y a deux semaines, d'abolir les primes de départ des députés qui quittent avant la fin de leur mandat, sauf en cas de motifs sérieux.

Le leader parlementaire libéral Robert Dutil a pour sa part répété, jeudi, qu'il souhaite retirer aux députés la responsabilité de déterminer leur rémunération pour la confier à un comité indépendant.

«On est en période d'élimination des conflits d'intérêts et là, il y en a un qui est gros comme un terrain de football, c'est la rémunération des députés», a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
Assemblée nationale
Voyez les images