NOUVELLES
24/01/2013 05:22 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Nucléaire iranien: l'Egypte n'a pas décidé si elle accueillait une réunion

L'Egypte n'a pas encore décidé si elle allait accueillir une réunion entre l'Iran et les puissances du groupe 5+1 sur le dossier nucléaire iranien, a indiqué un haut responsable égyptien cité jeudi par l'agence officielle Mena.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, avait affirmé mercredi que son pays avait proposé aux 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) de tenir au Caire la prochaine réunion sur son dossier nucléaire controversé, et que l'Egypte avait accepté l'idée.

"Le Caire accueille toujours favorablement et sur le principe tout ce qui peut contribuer à soutenir la stabilité au Moyen-Orient", mais "rien de définitif n'a encore été décidé à ce sujet", a indiqué une "source diplomatique" non identifiée à l'agence Mena.

"Des contacts sont en cours sur cette question", a-t-elle ajouté.

Les 5+1 ont souhaité que l'Iran revienne "dès que possible" à la table des négociations, en disant regretter les tergiversations de Téhéran sur le lieu et la date d'une réunion.

"Nous avons proposé des dates concrètes et un lieu (de réunion) en décembre", a affirmé Michael Mann, porte-parole de Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne qui représente les 5+1.

Il s'est dit "très surpris" que l'Iran ne cesse depuis de "revenir vers nous, encore et encore, avec de nouvelles conditions préalables sur les modalités des négociations".

"Plusieurs lieux de réunion ont été proposés. Nous n'en excluons aucun, mais l'Iran propose tout le temps différents sites pour se réunir", a indiqué une autre source européenne sous couvert de l'anonymat.

"Le lieu (où les négociations se dérouleront) n'est pas le sujet, mais l'Iran semble vouloir retarder le processus en posant de nouvelles conditions", a déploré cette source.

L'Iran et le groupe 5+1 ont repris contact à la mi-décembre pour réamorcer les négociations sur le nucléaire après plusieurs mois d'interruption. Le dernier cycle de négociations a eu lieu à Moscou en juin 2012.

Les puissances occidentales soupçonnent l'Iran de chercher à fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours démenti.

iba/feb