NOUVELLES
24/01/2013 04:06 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Maelle Ricker la plus rapide des qualifications en snowboard cross

STONEHAM, Qc - Maelle Ricker a gagné la première bataille, mais Dominique Maltais demeure confiante de remporter la guerre. Ricker a eu le meilleur face à sa grande rivale canadienne, jeudi, au cours des qualifications de snowboard cross aux Championnats du monde de surf des neiges, à Stoneham.

Ricker, championne olympique en titre, a réalisé le meilleur chrono individuel féminin, en une minute neuf secondes 16 centièmes, une seconde 22 centièmes devant Maltais (1:10,38), deuxième. La Tchèque Eva Samkova (1:10,43) et la Française Nelly Moenne Loccoz (1:10,90)ont fini troisième et quatrième, respectivement.

«Ça donne de la confiance en vue de la finale, mais il ne faut pas trop être confiante, a commenté Ricker, de Squamish, en Colombie-Britannique. On doit tout recommencer samedi. On repart à zéro.»

Maltais, de Petite-Rivière-Saint-François, ne se formalisait pas de sa deuxième place, affirmant que «ça lui enlevait de la pression».

«Une deuxième place en qualif, ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, a-t-elle relativisé. Ça augure bien pour samedi.»

Le déroulement de la finale -- un tournoi éliminatoire par vague de six coureuses -- est effectivement très différent des qualifications au chrono individuel.

Les 12 premières de la descente initiale ont accédé directement à la finale. Les deux autres Canadiennes, Carle Brenneman et Jade Critchlow, ont fait partie de la douzaine d'autres, chez les 17 concurrentes restantes, qui les ont rejoints à l'issue de la seconde manche.

Les chronos ont été plutôt lents, les femmes devant composer avec le temps glacial et le facteur vent. Maltais a relevé que l'écart de temps entre elles a été beaucoup plus considérable qu'à l'accoutumée.

«Il y avait un fort vent de face, ce n'était pas évident. Des filles se sont presque arrêtées en piste à cause d'un manque de vitesse, a noté Maltais, qui a deux victoires en autant de compétitions de Coupe du monde cette saison. Ça s'était bien passé pour moi à l'entraînement, mais le vent s'est levé pour les qualifs. J'essayais de garder ma vitesse, mais j'étais incapable d'enchaîner entre les sauts. Dans les airs, j'étais déportée.

«À l'arrivée, j'ai été surprise de voir que j'étais deuxième parce que je m'attendais d'être plus loin», a-t-elle ajouté.

Ricker et Maltais, qui sont toutes deux à la recherche d'un premier sacre mondial, ont donné du mérite aux techniciens de fartage de l'équipe canadienne.

Robanske quatrième

L'étape des qualifs n'a été qu'une formalité pour les surfeurs canadiens. Christopher Robanske, de Calgary, a réalisé le quatrième meilleur chrono (1:02,41), au total. Robert Fagan, de Cranbrook, en C.-B., et Kevin Hill, de Vernon, en C.-B., ont pris les septième et huitième rangs, respectivement. Jake Holden, de Caledon, en Ontario, a été le 24e et dernier qualifié de la première descente (1:05,14). Vingt-quatre autres ont été retenus, au terme de la deuxième descente.

L'Australien Alex Pullin, champion du monde en titre, a affiché ses couleurs en négociant le tracé en 1:02,15 — un petit centième devant l'Autrichien Markus Schairer.

Un Haïtien!

La température frigorifique n'a pas refroidi l'enthousiasme du planchiste haïtien Yannis Roy, même s'il a terminé 60e et bon dernier chez les athlètes ayant pris le départ.

Roy, ingénieur-informatique âgé de 25 ans né en France, était fort heureux d'avoir complété les deux manches en un seul morceau et d'avoir même retranché trois secondes à son chrono de la première descente (1:53,50).

Son oncle Jean-Pierre Roy est président de la Fédération de ski d'Haïti. Il a lui-même pris part aux Mondiaux de surf des neiges en 2011, à l'âge de 47 ans!