NOUVELLES
24/01/2013 08:09 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Le président Assad apparaît à la TV syrienne pour une cérémonie religieuse

Le président syrien Bachar al-Assad, dont le pays est en proie depuis près de deux ans à la guerre civile, est apparu jeudi à la télévision d'Etat à l'occasion des commémorations de la naissance du prophète Mahomet.

Il a été montré en direct effectuant la prière de la mi-journée dans la mosquée Al-Afram, dans le nord de Damas, entouré de dignitaires religieux et de responsables de son régime. Il a ensuite pris un bain de foule, serrant la main de nombreux fidèles.

Les apparitions et les interventions du chef de l'Etat sont rares. Sa dernière apparition télévisée remonte à un rare discours prononcé le 6 janvier dans lequel il a proposé une solution politique au conflit, sous forme d'un dialogue entièrement contrôlé par son régime.

Fin octobre, la chaîne l'avait montré priant à Damas à l'occasion de la fête musulmane de l'Adha.

Après la prière, le ministre du Waqf (Biens religieux) Mohammad Abdel-Sattar Sayyed s'est adressé aux fidèles avant le prêche appelant au dialogue "ceux qui ont des papiers syriens et qui appartiennent à cette patrie bien-aimée, qu'ils soient opposants ou partisans (du régime), rancuniers ou prêts à pardonner, issus (d'un parti) ou indépendants, musulmans ou chrétiens, hommes ou femmes".

"L'opportunité vous a été offerte, ne la perdez pas en blessant et en détruisant la Syrie et réduisant l'unité de votre nation en miettes, trahissant ce qui vous a été confié", a-t-il poursuivi. "Le président a ouvert cette possibilité et l'heure du salut a sonné", a-t-il ajouté, assurant que les autorités "seront un partenaire de confiance".

Cheikh Ahmed al-Jazaïri a ensuite prononcé un prêche conclu par une prière implorant Dieu pour le "retour de la patrie à la sécurité" et l'implorant d'accorder "au président Bachar al-Assad sa réconciliation et sa bonne volonté".

A l'issue de la cérémonie religieuse, M. Assad est remonté à bord d'une voiture qu'il a lui-même conduit.

Les autorités ont appelé pour ce vendredi, jour de la prière musulmane hebdomadaire, à "une prière d'un million de fidèles" dans toutes les mosquées, pour un retour de la sécurité en Syrie.

La Syrie "surmontera le complot fomenté par des pays étrangers hostiles, mis en oeuvre par des intermédiaires et des esclaves et mené par des radicaux wahhabites", a affirmé le ministre Sayyed dans un communiqué publié jeudi par l'agence officielle Sana.

Il faisant allusion à l'Arabie saoudite et au Qatar, que le régime accuse de soutenir des groupes "terroristes" semant le chaos en Syrie.

Traditionnellement, depuis le début de la contestation en Syrie, les militants hostiles au régime défilent le vendredi à la sortie des mosquées pour réclamer la chute du président Bachar al-Assad.

La révolte en Syrie est née le 15 mars 2011 dans le sillage du Printemps arabe. Elle a débuté par des manifestations pacifiques réclamant plus de libertés, avant de se radicaliser, exigeant la chute du régime.

Face à la répression sanglante de la contestation par le régime, l'opposition s'est militarisée et le pays est désormais en proie à un conflit armé qui a fait plus de 60.000 morts, selon l'ONU.

rim/sbh/feb