NOUVELLES
24/01/2013 10:23 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Le PM slovène refuse de démissionner malgré l'effondrement de sa coalition

LJUBLJANA, Slovénie - Le premier ministre de la Slovénie, Janez Jansa, a refusé jeudi de démissionner, en dépit de l'effondrement de son gouvernement de coalition, estimant que le déclenchement d'une élection nuirait à son pays au moment où il traverse des difficultés économiques.

M. Jansa a déclaré, lors d'une conférence de presse, qu'il entend demeurer en poste tant qu'il n'aura pas été chassé par un vote de non-confiance au parlement ou dans la foulée d'une entente politique plus large.

Le parti Liste civique a quitté la coalition de M. Jansa mercredi, quand ce dernier a refusé de démissionner dans la foulée d'allégations de corruption. Un rapport publié plus tôt ce mois-ci lui reproche d'avoir caché des biens personnels d'une valeur de plus de 260 000 $ US, ce qu'il nie.

Jeudi, les ministres slovènes de la Justice et des Finances, qui sont des membres de Liste civique, ont remis leur démission, qui devra toutefois être confirmée par le parlement.

Les mesures d'austérité annoncées par le gouvernement ont donné naissance aux plus importantes manifestations des dernières décennies. Mercredi, une grève des employés du secteur public a essentiellement paralysé le pays.

M. Jansa a proposé de former un nouveau gouvernement ou d'en arriver à un consensus politique plus large quant aux mesures à prendre pour sortir de cette crise.

Le principal leader de l'opposition slovène, Zoran Jankovic, a lui aussi été éclaboussé par le rapport anticorruption, ayant été incapable d'expliquer la provenance de 3,1 millions $ de ses fonds personnels.

L'économie de la Slovénie a fondu de 3,3 pour cent au troisième trimestre, comparativement à l'an dernier. Il s'agit du troisième recul en importance au sein de la zone euro, derrière la Grèce et le Portugal.