NOUVELLES
24/01/2013 06:32 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

La ville syrienne de Homs sous les bombes pour le 5e jour consécutif

Des quartiers rebelles de Homs, la "capitale de la révolution" dans le centre de la Syrie, étaient jeudi sous le feu de l'artillerie du régime de Bachar al-Assad pour le cinquième jour consécutif, selon une ONG et des militants.

Dans la nuit, six rebelles ont été tués lors de violents combats contre les troupes régulières dans l'ouest de la ville, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.

L'armée assiège depuis plus de six mois plusieurs quartiers, dont la Vieille ville de Homs, où des centaines de personnes vivent dans des conditions très difficiles selon des militants.

"Les troupes bombardent violemment Homs à l'artillerie lourde tandis que des combats font rage sur le front ouest après un assaut de l'armée", a déclaré le réseau de militants anti-régime de la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS).

Le Conseil national syrien (CNS), principale composante de la Coalition de l'opposition, a dénoncé une "escalade du régime dans son attaque sauvage et planifiée contre Homs et sa région pour pousser ses habitants à l'exode sur une base confessionnelle, croyant ainsi achever sa victoire sur Homs, coeur de la révolution".

"Le régime utilise dans son dessein criminel les pires méthodes (...): les bombardements à l'artillerie lourde, le siège, l'interdiction d'entrée de nourriture et de médicaments, la création de gangs et de milices confessionnelles et des massacres exterminant des quartiers ou villages entiers", poursuit le communiqué du CNS.

Il exhorte l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles) "à venir prêter main-forte aux rebelles à Homs", lançant également un appel aux organisations humanitaires afin qu'elles tentent d'approvisionner les habitants assiégés.

Ailleurs dans le pays, l'aviation a mené des raids sur la province de Deraa (sud), également en proie aux combats, ainsi que sur la périphérie de Damas, selon l'OSDH.

Mercredi, 109 personnes ont péri dans les violences à travers la Syrie, dont 42 dans la seule province d'Alep (nord), a indiqué cette ONG.

La révolte populaire lancée en mars 2011 s'est militarisée face à la répression du régime, transformant le conflit en guerre civile. Au total, selon l'ONU, plus de 60.000 personnes ont été tuées.

rd/sbh/tp