NOUVELLES
24/01/2013 01:57 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

La Corée du Nord prépare un nouvel essai nucléaire en représailles à l'ONU

SÉOUL, Corée du Sud - La Corée du Nord a menacé jeudi d'organiser un troisième essai nucléaire en représailles aux sanctions imposées par les Nations Unies.

Le pays a également souligné que ses roquettes à longue portée ne servaient pas seulement à transporter des satellites, mais également des ogives, signe de défiance envers les États-Unis.

La Commission nationale de la Défense, avec à sa tête le jeune dirigeant du pays, Kim Jong-un, a dénoncé jeudi une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a condamné le lancement d'une fusée à longue portée, en décembre dernier, le qualifiant d'activité interdite et augmentant du même coup les sanctions envers Pyongyang.

La Commission a réaffirmé sa position à l'effet que le lancement était seulement une tentative pacifique d'envoyer un satellite dans l'espace. Elle a également laissé entendre que les lancements de roquettes avaient un objectif militaire, à savoir attaquer les États-Unis.

En réponse, le Secrétaire à la défense américain, Leon Panetta, a indiqué n'avoir reçu aucun signe à l'effet que la Corée du Nord prévoyait aller de l'avant avec son plan. Il a cependant rappelé que Pyongyang était capable de mener des tests d'une manière qui est difficile à détecter.

M. Panetta a déclaré que les États-Unis étaient «très péoccupés» par l'annonce de la Corée du Nord, qu'il a qualifié «d'inutilement provocatrice».

Les experts continuent d'affirmer que la Corée du Nord n'est toujours pas en mesure d'attaquer les États-Unis avec ses missiles, mais des tests et des commentaires récents laissent entendre que le pays travaille en ce sens.

La Commission a promis de poursuivre le lancement de satellites et de fusées, et de se livrer à des tests nucléaires dans le cadre d'une «nouvelle étape» de combat contre les États-Unis, que le régime accuse d'avoir orchestré les sanctions contre Pyongyang.

Le régime a indiqué que l'essai nucléaire s'inscrivait dans une action «à venir», sans toutefois préciser l'endroit et le moment de ce test.

«Nous ne cacherons pas le fait que plusieurs satellites et roquettes de longue portée seront lancées par la République populaire démocratique de Corée les unes après les autres. Un essai nucléaire de haut niveau sera organisé dans le cadre d'une action plus large, et ce sera une nouvelle étape de notre combat anti-américain qui dure depuis des décennies et qui visera les États-Unis, l'ennemi juré des Coréens», a déclaré la Commission.

«Nous devons régler nos comptes avec les États-Unis par la force, et non avec les mots, car il est question de la loi de la jungle comme moyen de survie.»