NOUVELLES
24/01/2013 07:38 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Des islamistes ont été élus en Jordanie, malgré le boycott des Frères musulmans

AMMAN, Jordanie - Les islamistes et autres détracteurs du gouvernement jordanien ont décroché environ le quart des sièges en jeu lors des élections parlementaires de mercredi, démontrent les premiers résultats dévoilés jeudi, une performance étonnante compte tenu du boycott du vote par les puissants Frères musulmans.

Les politiciens loyaux au roi Abdullah II conserveront leur majorité au parlement de 150 sièges. Mais la présence d'au moins 37 islamistes et autres membres de l'opposition risque d'ajouter une certaine note de dissidence aux débats, alors que le parlement sortant était presque essentiellement composé des partisans du roi.

Le gouvernement jordanien a présenté l'élection de ce nouveau parlement comme une étape importante dans la vie politique du pays, qui verra notamment le roi transférer certains de ses pouvoirs à la nouvelle assemblée. Le parlement devra ainsi élire, pour la première fois, le premier ministre du pays, un choix qui était auparavant fait par le roi.

Une douzaine de politiciens de gauche associés à des groupes nationalistes panarabes ont été élus, tout comme 14 membres d'un parti islamiste modéré. Deux membres des Frères musulmans qui avaient quitté le mouvement pour pouvoir participer au scrutin ont aussi été élus.

Les femmes ont décroché 17 sièges, soit deux de plus que le nombre minimum qui leur avait été alloué.

Le taux de participation a été de 56,7 pour cent.