POLITIQUE
24/01/2013 01:16 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Des écologistes veulent accélérer le démantèlement de Gentilly-2

PC

Des environnementalistes se mobilisent pour réclamer un démantèlement plus rapide de la centrale nucléaire Gentilly-2. Ils proposent d'échelonner les opérations sur 20 ans, soit deux fois plus rapidement que prévu.

Christian Simard, de Nature Québec, croit qu'accélérer le processus sera aussi moins coûteux. « Quand on reporte ça dans le temps, ça augmente énormément les frais. On pense qu'il y a un principe dans la loi québécoise sur le développement durable qui s'appelle l'équité intergénérationnelle. Déjà, on a profité pour une génération de l'électricité de Gentilly. Maintenant, il n'est pas normal de faire payer les dégâts à des générations subséquentes », affirme-t-il.

Le nouvel échéancier proposé par les groupes environnementalistes comprend trois étapes. La première prévoit entre autres l'enlèvement du combustible irradié et de l'eau lourde contaminée du réacteur de Gentilly-2 et la sécurisation de la centrale. Les deuxième et troisième étapes sont le démantèlement de Gentilly-1 puis de Gentilly-2.

Les environnementalistes interpellent donc le fédéral, propriétaire de Gentilly-1, pour qu'il investisse dans le démantèlement de la centrale nucléaire, inutilisée depuis 35 ans.

« Le fédéral dispose d'un programme de 7 milliards de dollars pour la restauration environnementale des sites nucléaires dont il est propriétaire. Jusqu'à maintenant, ce programme n'a profité qu'à l'Ontario. Il est temps que le Québec se réveille et demande au fédéral de s'impliquer dans le nettoyage des dégâts nucléaires », a déclaré Christian Simard.

Ce plan a été présenté à quelques jours de la commission parlementaire sur la centrale Gentilly-2, qui se tiendra à l'Assemblée nationale les 29 et 30 janvier prochains.

L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Équiterre, la Fondation David Suzuki, Greenpeace et Nature Québec, notamment, font partie du regroupement d'environnementalistes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pires projets énergétiques, selon Greenpeace