NOUVELLES
24/01/2013 10:03 EST | Actualisé 26/03/2013 05:12 EDT

Coupe du monde: record de primes distribuées lors des courses à Kitzbühel

Les primes les plus importantes de la saison de ski alpin seront distribuées encore une fois cette année à Kitzbühel (ouest de l'Autriche), avec 564.000 euros versés lors des quatre courses, une somme record inchangée depuis 2012.

Le vainqueur de la descente sur la redoutable piste de la Streif, recevra la modique somme de 70.000 euros, tout comme le vainqueur du slalom. Les lauréats du super-G et du combiné classique, devront +se contenter+ de 50.000 euros de prime.

Les courses de Kitzbühel sont les mieux dotées de la saison chez les messieurs, devant le slalom nocturne de Zagreb (42.000 EUR pour le vainqueur).

Pour récompenser les téméraires qui se lancent sur la Streif, l'ensemble des skieurs inscrivant des points pour la Coupe du monde (les 30 premiers) lors de la descente, du slalom et du super-G toucheront de l'argent. Le 30e recevra entre 500 euros (super-G) et 600 euros (descente et slalom).

Pour le combiné classique, seuls les trois premiers percevront une prime.

Trois autres stations offrent chez les messieurs cet hiver des primes aux 30 premiers classés: Alta Badia en Italie, Zagreb en Croatie et Kranjska Gora en Slovénie.

A mi-saison, c'est l'Autrichien Marcel Hirscher, en tête du classement général de la Coupe du monde de ski alpin, qui domine le classement des primes. Après 21 épreuves sur 36, le jeune skieur (23 ans) d'Annaberg a cumulé 310.600 francs suisses (CHF), soit environ 257.000 euros, selon le classement publié sur le site internet de la Fédération internationale de ski (FIS).

Chez les dames, la Slovène Tina Maze, insatiable depuis le début de l'hiver avec 15 podiums en 23 courses (sur un total de 36 cette saison), a déjà engrangé 436.475 CHF, soit plus de 360.000 euros.

La 73e édition des courses du Hahnenkamm, le nom des épreuves de Kitzbühel, a lieu de vendredi à dimanche, avec un super-G le vendredi, la descente le samedi et le slalom le dimanche. La station autrichienne est la dernière étape du circuit majeur à avoir conservé un combiné classique (addition des temps des deux manches de slalom et de la descente).

tba/eb