NOUVELLES
23/01/2013 11:11 EST | Actualisé 25/03/2013 05:12 EDT

Vendée Globe - Gabart attendu samedi ou dimanche aux Sables-d'Olonne

Le Français François Gabart (Macif), en tête du 7e Vendée Globe, est attendu samedi ou dimanche aux Sables-d'Olonne (Vendée), après un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance en un temps record.

Les organisateurs de cette formidable régate planétaire partie le 10 novembre dernier n'excluent pas une arrivée du jeune (29 ans) prodige dès 10h00 heure française samedi, Gabart estimant plus probable un passage de la ligne "samedi en fin de journée, en début de nuit voire dimanche matin. Avant, ce sera un peu difficile compte tenu de la météo".

Le temps à battre est celui établi en 2009 par le dernier vainqueur de l'épreuve, le Français Michel Desjoyeaux, en 84 j 03 h 09 min.

Si Gabart arrive avant samedi 13h02, il n'aura mis que 76 jours (et quelques heures) pour faire le tour du monde. S'il arrive après samedi 13h02, ce sera 77 jours. Dans les deux cas, le record de Desjoyeaux risque de prendre un sérieux coup de vieux...

Au classement de 16h00, Gabart devançait Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) de 89,8 milles à 1.383 milles de l'arrivée. Le "matelas" -une dizaine d'heures- n'est pas si épais que ça et la messe n'est pas dite

"Je vais faire attention et aller le plus vite possible" jusqu'aux Sables, a résumé Gabart mercredi à la vacation quotidienne. "Ca ne sert à rien de traîner en chemin", a-t-il dit, "mais je reste concentré, car les conditions de l'arrivée ne seront pas faciles", avec du vent et de la mer attendus.

"Je ne vais pas prendre de risques inconsidérés. Je vais prendre du temps pour faire des manoeuvres propres", a-t-il souligné, reconnaissant toutefois qu'il ne tiendrait "pas le même discours si Armel était devant (lui)".

Parmi les impondérables, il y a évidement les risques de collision avec des OFNI, des baleines et des bateaux de pêche. Et à mesure que les concurrents approchent des Açores, le trafic (et les dangers) augmentent...

"J'espère que tous les pêcheurs açoréens savent que des Imoca (les monocoques du Vendée Globe) vont passer par chez eux", a indiqué Gabart, précisant qu'il avait croisé "pas mal de bateaux" mardi.

"On va essayer de grappiller quelques milles au cours des prochains jours", a pour sa part déclaré Le Cléac'h, qui entend bien justifier son surnom de "chacal", celui qui ne lâche jamais sa proie.

La situation "n'est pas à mon avantage, a-t-il noté, mais on n'est pas arrivé. On va donner le maximum jusqu'à l'arrivée et on verra bien".

Selon le skipper de Banque Populaire, 2e du dernier Vendée Globe, les conditions météo à l'arrivée vont être "hivernales, avec une fin de course tonique, voire assez chaude dans le (golfe de) Gascogne et en approche du cap Finisterre", au nord-ouest de l'Espagne.

Une belle "bagarre" en perspective entre les deux leaders, a résumé Alain Gautier, consultant des organisateurs pour les questions de sécurité et vainqueur du Vendée Globe 1992-1993. "Pas facile, cette dernière ligne droite..."

heg/pid