NOUVELLES
23/01/2013 09:37 EST | Actualisé 25/03/2013 05:12 EDT

Le pétrole ouvre en baisse à New York, les investisseurs restant prudents

Le pétrole a ouvert la séance en légère baisse mercredi à New York, les investisseurs faisant preuve de prudence alors que le Congrès américain doit se prononcer sur le relèvement du plafond de la dette, ce qui permettrait de lever des incertitudes sur l'économie du pays.

Vers 14H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars, dont c'est le premier jour de cotation, lâchait 29 cents à 96,39 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"De nouveau, le pétrole est sous l'influence des positionnements politiques alors que les inquiétudes sur le plafond de la dette refont leur apparition avant un vote" à la Chambre des Représentants, prévu mercredi à la mi-journée, sur un plan républicain autorisant le gouvernement à dépasser ce plafond pendant quatre mois, a remarqué Matt Smith, de Schneider Electric.

Aussi le marché du pétrole "est dans une position attentiste", selon l'analyste.

Pourtant, si les parlementaires américains votaient en faveur de ce texte, "cela permettrait de clarifier la situation et de lever des incertitudes sur l'économie américaine", ce qui a toujours tendance à favoriser les actifs risqués comme les matières premières, a noté Robert Yawger, de Mizuho Securities USA.

Le marché pâtissait par ailleurs de prises de bénéfices alors que le prix du baril est monté à son plus haut en quatre mois la veille, dopé par un regain d'optimisme des opérateurs sur la demande mondiale d'or noir.

Les investisseurs étaient aussi sur la réserve dans l'attente de la publication par les autorités américaines du rapport hebdomadaire sur les réserves de produits pétroliers aux Etats-Unis, reportée à jeudi en raison d'un jour férié en début de semaine.

Selon les analystes interrogés par Dow Jones Newswires, le département de l'Energie devrait faire état d'une hausse de 2,3 millions de barils des stocks de brut américains, une augmentation de 1,3 million de barils des réserves d'essence, et d'un repli de 200.000 barils des stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés pendant la période hivernale.

jum/sl/mdm