POLITIQUE
23/01/2013 05:28 EST | Actualisé 25/03/2013 05:12 EDT

Le PLQ et la CAQ se braquent contre la gouvernance souverainiste du PQ

Alamy

QUÉBEC _ Les deux principaux partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont fait front commun, mercredi, contre la "gouvernance souverainiste" et la promotion de la souveraineté par le Parti québécois au pouvoir.

Le Parti libéral (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) jugent que le gouvernement péquiste minoritaire n'a pas la légitimité démocratique requise pour adopter des politiques visant à mousser l'option souverainiste.

Les deux formations s'insurgent notamment contre la stratégie de défense des compétences du Québec sur laquelle planche le ministre délégué à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier.

Préparée à la demande de la première ministre Pauline Marois, la démarche gouvernementale visera l'obtention de nouveaux pouvoirs auprès d'Ottawa.

À cela s'ajoute l'adoption prochaine, par le Conseil national du Parti québécois les 9 et 10 février à Drummondville, d'un plan de promotion de l'option souverainiste sur toutes les plateformes.

Sans mandat populaire, derrière des portes closes, le gouvernement péquiste manigance une offensive pour imposer son projet souverainiste aux Québécois, a soutenu le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'institutions démocratiques, Robert Dutil.

Le député libéral exige que le gouvernement rende publique sa stratégie, son coût pour les contribuables québécois et le nombre de fonctionnaires affectés à cette tâche.

Le député caquiste Gérard Deltell a lui aussi prêté au gouvernement Marois l'intention de puiser dans les fonds publics pour promouvoir son option.

À son avis, Mme Marois veut plaire aux éléments radicaux de son parti alors que deux électeurs sur trois ont rejeté le projet souverainiste lors du dernier scrutin.

En réplique, le ministre Cloutier a assuré que le gouvernement n'utilisera pas les fonds publics à des fins partisanes. La promotion de la souveraineté par le PQ sera défrayée par les militants, a-t-il dit.

M. Cloutier a également reproché à ses adversaires de ne pas comprendre ce qu'est la gouvernance souverainiste. Cette politique, a-t-il expliqué, vise à mettre fin aux empiètements du gouvernement fédéral, à rendre l'État québécois plus efficace, à faire respecter la souveraineté du Québec (dans ses compétences) et à accroître les pouvoirs de l'Assemblée nationale.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
Le conseil des ministres de Pauline Marois
Voyez les images