NOUVELLES
23/01/2013 07:42 EST | Actualisé 25/03/2013 05:12 EDT

L'armée birmane recrute encore des enfants, déplore une ONG

L'armée birmane recrute encore des enfants en dépit des réformes politiques engagées par le pays, a déploré mercredi une organisation non gouvernementale (ONG) qui réclame un plus grand contrôle de l'armée de ce pays, dirigé pendant longtemps par une junte militaire.

Le gouvernement birman s'était pourtant engagé en juin auprès des Nations unies pour mettre fin à cette pratique, régulièrement dénoncée par la communauté internationale.

L'armée birmane a relâché depuis 42 enfants mais elle en enrôle encore, a précisé l'association Child Soldiers International à l'issue de trois missions menées l'an dernier en Birmanie et dans la Thaïlande voisine.

L'armée, pressée par le gouvernement de recruter de nouveaux soldats, utilisent toujours, comme les groupes rebelles, des enfants pour combattre, selon l'ONG.

"Les officiers de l'armée et les agents de recrutement continuent d'utiliser l'intimidation, la coercition et la violence physique pour trouver de nouvelles recrues, y compris des enfants de moins de 18 ans", indique dans un rapport Child Soldiers International.

Les enfants sont aussi recrutés par des civils ou des policiers, à la sortie de l'école ou dans des quartiers densément peuplés comme les gares ou les marchés, précise l'ONG.

L'ONU avait recensé, dans un rapport publié en 2011, 243 plaintes pour recrutements de mineurs par l'armée, mais ce chiffre ne représenterait qu'une petite partie de la réalité, selon Child Soldiers International.

L'ONG espère que les avancées vers la paix avec les rebelles déboucheront sur des accords qui éradiqueront cette pratique.

Elle suggère aussi que le gouvernement birman punisse les recruteurs et qu'un groupe de travail de l'ONU puisse se rendre sur les sites militaires susceptibles d'abriter des enfants-soldats et engagent un dialogue avec les rebelles à ce sujet.

sct/are/rap