NOUVELLES
23/01/2013 03:35 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Cinq membres d'une même famille tués dans un bombardement sur le Nord syrien (ONG)

Un couple et ses trois enfants de sept, neuf et 11 ans ont été tués mercredi par un tir de missile sur le village d'Abou Taltal dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Une vidéo mise en ligne par des militants montre les corps ensanglantés de trois enfants --un garçon et deux fillettes-- allongés sur des lits d'hôpitaux.

Ils ont péri avant l'aube dans le village d'Abou Taltal, a précisé l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.

Homs, la "capitale de la révolution", récemment revenue au coeur des affrontements, était également sous le feu de l'artillerie du régime.

De nombreux obus de mortier se sont abattus sur les derniers quartiers rebelles assiégés par les troupes, tandis que des hélicoptères survolaient la ville, ancien poumon industriel du pays, a rapporté l'ONG.

L'armée assiège depuis plus de six mois plusieurs quartiers, notamment de la Vieille ville de Homs, plongeant, selon les militants, près d'un millier de personnes dans une grave crise humanitaire.

Parallèlement, de violents combats opposaient soldats et rebelles dans les provinces d'Idleb (nord-ouest) et de Deraa (sud), tandis que l'armée bombardait de nouveau la périphérie de Damas, notamment la Ghouta orientale, les vergers qui bordent Damas où les insurgés ont installé leurs bases-arrière, selon l'OSDH.

Dans la capitale même, des combats ont éclaté dans la nuit aux abords du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, a ajouté l'ONG.

Dans le nord-est kurde du pays, de violents combats se poursuivaient, selon l'OSDH, qui a recensé 58 morts en une semaine d'affrontements entre rebelles et combattants de l'Union démocratique kurde (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebelles kurdes de Turquie).

La Coalition de l'opposition a formé une commission chargée de contacter les chefs rebelles dans la zone pour tenter de mettre un terme à ces combats, résultat, selon l'opposition, "des efforts du régime pour semer la zizanie".

Un premier bilan provisoire fait état de 11 morts mercredi à travers le pays, au lendemain de la mort de 123 personnes, dont 62 civils, selon l'OSDH.

La révolte populaire lancée en mars 2011 s'est militarisée face à la répression du régime, transformant le conflit en guerre civile. Au total, selon l'ONU, plus de 60.000 personnes ont été tuées.

am/sbh/cco