NOUVELLES
23/01/2013 10:58 EST | Actualisé 25/03/2013 05:12 EDT

Chine: le dissident Gao Zhisheng a reçu une très rare visite en prison

La Chine a autorisé des proches de Gao Zhisheng, l'un des dissidents les plus emblématiques du pays, à lui rendre visite en prison, leur permettant ainsi de vérifier pour la première fois depuis des mois qu'il était bien vivant, a annoncé sa femme mercredi.

Gao, un avocat défenseur des pauvres, chrétiens ou cyberdissidents, avait été arrêté en février 2009. Depuis cette date, les autorités chinoises le maintiennent dans un isolement quasi permanent, autorisant très rarement ses proches à lui rendre visite en prison.

Selon Human Rights in China, une organisation de défense des droits de l'homme basée à New York, le frère et le beau-père de Gao ont pu lui rendre visite le 12 janvier dans sa prison du Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine située en bordure de l'Asie centrale. La précédente visite de membres de sa famille avait eu lieu le 12 mars 2012.

L'épouse de Gao, Geng He, réfugiée depuis 2009 avec ses enfants aux Etats-Unis, a déclaré à l'AFP que les membres de la famille de Gao qui lui ont rendu visite n'ont pas été autorisés à évoquer avec lui ses conditions de détention.

"En gros, ils ont juste pu voir qu'il était vivant. Ils n'ont rien pu savoir d'autre", a-t-elle expliqué: "Je suis très inquiète parce qu'il s'est écoulé 10 mois entre la précédente visite et celle-ci et on n'a absolument aucune information sur son état".

"J'exhorte tout le monde --des responsables consulaires américains ou d'autres dans la communauté internationale-- à tenter de rendre visite à Gao et à relayer ce qu'il dit exactement de son état", a-t-elle poursuivi.

L'épouse de Gao a en outre souligné qu'il n'y avait aucune indication sur la durée de la détention du dissident: "Il n'y a eu aucune information à ce sujet. J'espère qu'avec plus de pression et plus d'attention, la communauté internationale pourra nous aider et le faire libérer rapidement".

Selon Human Rights in China, ses proches ont pu parler avec Gao à travers une vitre et il "semblait avoir les idées en place et parlait normalement".

Brièvement relâché en mars 2010, le dissident avait ensuite été de nouveau emprisonné.

sct/mdm/rap