NOUVELLES
22/01/2013 02:58 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

Une centaine de Russes quittent la Syrie via Beyrouth (diplomate russe)

Une centaine de ressortissants russes souhaitant quitter la Syrie s'apprêtaient à embarquer mardi et mercredi à bord de deux vols depuis le Liban voisin vers Moscou, a affirmé un diplomate russe à l'AFP.

Il a néanmoins précisé qu'il ne s'agissait en aucun cas d'un plan d'évacuation mis en place par Moscou.

"Il y a des milliers de ressortissants russes en Syrie. Le problème est que les liaisons aériennes russes ne fonctionnent plus depuis Damas, donc nous aidons quelque 100, maximum 150 personnes à quitter la Syrie via Beyrouth, qui est tout proche", a affirmé le diplomate sous le couvert de l'anonymat.

"Nous aidons simplement les gens qui sont venus au consulat russe à Damas pour demander de l'aide", a-t-il poursuivi.

"Dès que suffisamment de personnes auront demandé une assistance au consulat à Damas, nous organiserons de nouveaux vols", a-t-il ajouté.

Le diplomate russe, dont le pays est un grand allié de Damas, a toutefois démenti des informations faisant état de l'évacuation des ressortissants russes de Syrie.

"Il ne s'agit pas d'une évacuation. Il n'y a aucune pression pour que les Russes quittent la Syrie, parce qu'il y a de nombreuses zones à Damas totalement sûres et épargnées par les violences et les combats", a-t-il assuré.

Si le consulat russe est toujours ouvert, la route menant à l'aéroport international de Damas a été récemment gagnée par les combats.

Mardi, une responsable du ministère russe des Situations d'urgence, citée par l'agence Interfax, avait indiqué que "sur la demande des dirigeants russes, le ministère envoie (...) à Beyrouth deux avions pour que tous les Russes qui le souhaitent puissent quitter la Syrie".

"Plus de 100 Russes devraient quitter la Syrie à bord de ces avions", avait-elle ajouté, sans plus de précisions.

La révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad, déclenchée en mars 2011, s'est militarisée au fil des mois face à la répression. Les violences ont fait plus de 60.000 morts en 22 mois, selon l'ONU.

ser/sbh/cco