NOUVELLES
22/01/2013 04:21 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

Raids aériens et combats autour de Damas (ONG)

L'armée syrienne pilonnait mardi la périphérie de Damas, au sol et depuis les airs, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les chasseurs-bombardiers ont mené des raids sur Douma, au nord-est de la capitale et survolaient la Ghouta orientale, la région de vergers qui borde Damas où les rebelles ont établi leurs bases-arrière, a précisé l'ONG qui s'appuie sur un important réseau de militants et de médecins à travers la Syrie.

Dans le même temps, l'artillerie du régime bombardait les localités de Daraya et de Mouadamiyat al-Cham, dans le sud-ouest, et de Beit Sahem et de Yalda, dans le sud de Damas, selon l'OSDH.

Selon le journal proche du régime al-Watan, "dans la Ghouta orientale, les unités de l'armée syrienne ont continué de poursuivre les hommes armés dans leurs repaires utilisant dans les affrontements toutes sortes d'armes, y compris l'artillerie et l'aviation".

Le quotidien ajoute que "la route de l'aéroport international de Damas (au sud-est de la capitale, ndlr) est sécurisée et que la circulation est normale, ainsi que les vols de la Syrian Air".

A Damas même, "la situation dans le camp (de réfugiés palestiniens de) Yarmouk où sont concentrés des groupes armés est toujours tendue, et les affrontements entre Comités populaires palestiniens et les groupes armés se poursuivaient", selon al-Watan qui fait état d'"une pénurie de pain aiguë, le travail dans les boulangeries s'étant arrêté".

Ailleurs dans le pays, selon l'OSDH, des combats avaient également lieu à Alep, la métropole du nord, dont les localités environnantes étaient sous les bombes des troupes régulières, tout comme celles de la province de Homs, dans le centre du pays, et de Deraa, dans le sud, où cinq rebelles ont péri.

Dans le nord-est kurde, au moins 56 combattants ont péri en six jours de combats à Rass al-Aïn, une localité sur la frontière turque où s'affrontent régulièrement rebelles et combattants de l'Union démocratique kurde (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebelles kurdes de Turquie), selon l'OSDH.

Lundi, 178 personnes ont péri dans des violences en Syrie, dont 55 civils, selon un bilan de l'ONG. Parmi elles, 31 miliciens du régime ont été tués dans un attentat suicide à Salamiyé dans la province de Hama (centre).

La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire qui s'est militarisée pour devenir aujourd'hui une guerre civile sanglante. Au total, selon l'ONU, plus de 60.000 personnes ont été tuées dans ce conflit.

ser-sbh/sw