NOUVELLES
22/01/2013 03:16 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

New York: le pétrole porté par l'espoir d'un regain de vigueur de la demande

Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mardi à New York, les investisseurs espérant un regain de la demande énergétique après des nouvelles de bon augure pour la croissance en zone euro et l'annonce de mesures de soutien par la banque centrale japonaise.

Le baril de référence pour livraison en février, dont c'est le dernier jour de cotation, a gagné 68 cents, pour s'établir à 96,24 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le marché du pétrole "a profité de l'appétit pour le risque des opérateurs, à l'instar du marché d'actions ou des changes", a remarqué David Bouckhout de TD Securities.

Cet élan d'optimisme a été nourri par les annonces de la banque centrale du Japon, "qui s'est engagée dans une action comparable à celle de la Réserve fédérale américaine avec un programme illimité de rachat d'actifs", a expliqué l'analyste.

Grâce à cette mesure et à un plan de relance de 20.200 milliards de yens, l'économie nippone devrait atteindre une croissance de 2,3% pour l'année d'avril 2013 à mars 2014 selon les prévisions révisées mardi par la BoJ, de bon augure pour la consommation de brut dans le pays.

Les cours du pétrole ont parallèlement été aidés par "un certain apaisement des craintes sur la zone euro" après "la confirmation par les ministres des Finances de la zone euro du versement d'une aide" à Athènes, a indiqué M. Bouckhout.

A l'issue d'une réunion à Bruxelles lundi, l'Eurogroupe a en effet salué les progrès réalisés en Grèce et confirmé le déblocage, prévu, d'une tranche d'aide de 9,2 milliards d'euros d'ici la fin du mois.

Les perspectives de la zone euro ont aussi été éclairées par "la bonne nouvelle sur la confiance des investisseurs en Allemagne" alors que l'indice Zew, baromètre du moral des milieux financiers du pays, a atteint son niveau le plus élevé depuis mai 2010, a noté John Kilduff, d'Again Capital.

Le fait que le gouverneur du Nebraska (centre des Etats-Unis) ait approuvé un nouveau trajet pour le controversé oléoduc Keystone a aussi aidé les prix du pétrole.

"C'est une étape supplémentaire vers l'autorisation" de cette canalisation qui doit traverser la frontière américano-canadienne et permettre à terme d'acheminer 830.000 barils de brut par jour jusqu'aux raffineries du golfe du Mexique, a remarqué M. Bouckhout.

jum/sl/bdx