NOUVELLES
22/01/2013 06:14 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Moscou commence à évacuer ses ressortissants de la Syrie

BEYROUTH - La Russie a débuté mardi l'évacuation de ses ressortissants qui se trouvent en Syrie, ce qui semble démontrer que Moscou croit que le régime de Bachar el-Assad est sur le point de s'effondrer après deux ans de conflit.

Quatre autobus transportant environ 80 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, se sont rendus à la frontière avec le Liban, où ils ont été accueillis par un représentant de l'ambassade russe à Beyrouth.

Moscou a vraisemblablement choisi d'évacuer ses résidants par voie terrestre en raison de nouveaux combats près de l'aéroport international de Damas. Les dirigeants russes ont indiqué que des milliers d'autres ressortissants pourraient aussi être évacués, et que les prochaines évacuations pourraient se faire par voie aérienne et maritime.

Le gouvernement russe avait envoyé deux avions à Beyrouth pour rapatrier ses citoyens.

À Moscou, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Andrei Denisov, a nié que cette évacuation marque le début d'un exode russe de Syrie. Il a expliqué que des avions russes ont livré de l'aide humanitaire à Beyrouth à la demande du gouvernement syrien, et qu'ils en profiteront pour rapatrier ceux qui souhaitent rentrer au pays.

Il a ajouté qu'aucune évacuation massive n'est prévue.

Pendant ce temps, des militants syriens ont annoncé que des combats féroces opposant les rebelles aux forces gouvernementales ont éclaté en banlieue de Damas et ailleurs au pays.

L'Observatoire syrien des droits de la personne a précisé que les combats de mardi étaient concentrés près de la capitale, y compris le long de la route qui mène à l'aéroport international.

Pour sa part, l'agence onusienne des réfugiés rapporte une hausse importante du nombre de Syriens qui fuient vers la Jordanie voisine. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés affirme que quelque 3000 Syriens sont arrivés en Jordanie chaque soir depuis cinq jours.

Le porte-parole Andrew Harper a prévenu que le camp de réfugiés de Zaatari se remplit rapidement et que l'agence commence à manquer de fonds pour l'agrandir ou pour ouvrir d'autres camps. Environ 300 000 réfugiés syriens se trouvent en Jordanie, dont un cinquième sont au camp de Zaatari.