NOUVELLES
22/01/2013 06:28 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Élections en Israël: Nétanyahou sera contraint de former une coalition élargie

JÉRUSALEM - Le parti Likoud de Benyamin Nétanyahou apparaît comme le grand vainqueur des élections parlementaires de mardi en Israël, ce qui devrait permettre à ce tenant de la ligne dure d'obtenir un nouveau mandat comme premier ministre, selon les sondages menés à la sortie des urnes.

Mais la performance moins bonne que prévu du Likoud et les gains inattendus d'un parti centriste laissent croire que M. Nétanyahou sera contraint de former une coalition élargie.

Les sondages à la sortie des urnes, diffusés par trois grandes chaînes de télévision israéliennes, indiquent que le Likoud et ses alliés nationalistes et religieux ont remporté 61 ou 62 des 120 sièges que compte la Knesset.

Les résultats officiels seront diffusés tout au long de la nuit, et il est possible qu'ils se soldent par une égalité entre le Likoud et ses alliés traditionnels, d'une part, et les autres partis, d'autre part.

Dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, M. Nétanyahou affirme qu'il tendra la main à l'opposition et tentera de former une large coalition.

«Selon les sondages à la sortie des urnes, il est clair que les citoyens d'Israël ont décidé qu'ils voulaient que je continue de servir comme premier ministre et que je forme la coalition la plus élargie possible», a-t-il écrit. «Dès ce soir, je commencerai à travailler pour former le gouvernement le plus élargi possible.»

Un tel scénario aurait d'importantes conséquences sur les perspectives de paix avec les Palestiniens.

Les opposants centristes de M. Nétanyahou ont déjà affirmé qu'ils ne se joindraient pas à son gouvernement s'il ne fait pas des efforts sérieux pour relancer le processus de paix. Les négociations de paix ont été complètement bloquées pendant les quatre années du dernier mandat de M. Nétanyahou.

Selon les sondages menés à la sortie des urnes, le Likoud et le parti ultranationaliste Israël Beiteinou auraient obtenu 31 sièges, bien en deçà des prévisions. Les deux partis, qui faisaient campagne séparément, détenaient 42 sièges dans la législature sortante.

La plus grande surprise vient du parti centriste Yesh Atid, dirigé par Yaïr Lapid, un nouveau venu sur la scène politique israélienne.

Yesh Atid aurait obtenu jusqu'à 19 sièges, bien plus que ce que les sondages avaient prédit. Ce résultat pourrait permettre à M. Lapid de devenir le leader de l'opposition ou de tenter d'obtenir un poste important au sein du cabinet s'il décidait de se joindre à la coalition de Benyamin Nétanyahou.

Durant la campagne électorale, M. Lapid avait plaidé pour la fin des généreuses subventions et de l'exemption de service militaire dont bénéficient les ultra-orthodoxes. Il avait aussi déclaré qu'il refuserait de servir de façade dans un gouvernement tenant de la ligne dure. M. Lapid réclamera probablement d'importantes concessions de M. Nétanyahou pour se joindre à son gouvernement.