NOUVELLES
22/01/2013 09:51 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Le procès d'un gang autochtone débute aux États-Unis

MINNEAPOLIS - Trois membres d'un gang autochtone des États-Unis connu pour ses activités violentes dans plusieurs États américains étaient traduits en justice à compter de mardi, dans le cadre de ce que les autorités présentent comme l'une des plus importantes causes criminelles autochtones de l'histoire.

Un homme de 34 ans, Wakinyon Wakan McArthur, est accusé d'être un dirigeant du groupe «Native Mob». Lui et ses deux complices présumés — Anthony Francis Cree, 26 ans, et William Earl Morris, 25 ans — sont soupçonnés d'avoir appartenu à une organisation criminelle qui avait recours à la violence et à l'intimidation pour se maintenir au pouvoir.

Ils sont notamment accusés de racket et de complot pour racket.

Au total, 25 personnes devront répondre de 57 accusations. Le recours à l'accusation de racket démontre que les procureurs veulent démanteler toute l'organisation, et non cibler uniquement quelques individus. Un porte-parole des procureurs fédéraux américains affirme qu'il s'agit de l'une des plus importantes poursuites visant des groupes criminels autochtones.

Le groupe «Native Mob» est implanté au Minnesota, au Wisconsin, au Michigan et dans les Dakotas, en plus d'être actif en prison. Ses membres utilisent la culture autochtone et la mentalité du guerrier pour attirer des mineurs dans ses rangs.

Les autorités prétendent que McArthur est un leader de l'organisation et qu'il a ordonné à ses subalternes de s'en prendre physiquement à ses rivaux. Il aurait ainsi demandé à Morris et Cree de tirer sur un homme qui avait décidé de collaborer avec la police, au moment où la victime tenait sa fillette de 5 ans dans ses bras.

Un spécialiste des organisations autochtones affirme que «Native Mob» est le gang autochtone le mieux organisé et le mieux structuré des États-Unis.