NOUVELLES
22/01/2013 09:29 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

L'ancien président des JO de Vancouver nie avoir maltraité deux de ses ex

VANCOUVER - L'ex-président et chef de la direction des Jeux olympiques de Vancouver, John Furlong, a déclaré mardi que les plus récentes allégations l'accusant d'avoir frappé sa première femme et agressé sexuellement l'une de ses anciennes conjointes étaient «complètement sans fondement».

M. Furlong a émis un communiqué disant qu'il répondrait aux nouvelles déclarations de la journaliste Laura Robinson en cour mais que, pour le moment, il s'inquiétait surtout du tort irréparable que ces propos causaient à sa famille.

John Furlong a intenté une poursuite contre Mme Robinson pour diffamation après qu'elle eut écrit dans un article publié par le journal The Georgia Straight en 2012 qu'il avait usé de violence physique et verbale envers ses étudiants autochtones lorsqu'il enseignait dans une école catholique en Colombie-Britannique en 1969 et 1970.

La reporter a présenté sa défense lundi en y incluant de nouvelles allégations selon lesquelles M. Furlong aurait battu sa première femme et violé une autre de ses ex-conjointes.

Aucune de ces accusations n'a été prouvée devant les tribunaux et John Furlong a précisé dans son communiqué que ses avocats répliqueraient officiellement au cours des prochains jours.

Il a affirmé que les déclarations de Mme Robinson constituaient une attaque infondée contre sa réputation.