NOUVELLES
22/01/2013 05:10 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Kovalev ignore s'il pourra jouer jusqu'à 50 ans, mais veut continuer sa carrière

MONTRÉAL - Alex Kovalev a déjà dit qu'il voulait jouer au hockey jusqu'à 50 ans.

L'ailier droit au style élégant a souri lorsqu'on lui a rappelé sa déclaration mardi, signifiant qu'il ne croit pas pouvoir tenir sa promesse. Il ne l'a toutefois pas encore écartée.

Et après avoir récolté trois points à son premier match avec les Panthers de la Floride à la suite d'un séjour d'une saison en Russie dans la KHL, l'attaquant qui fêtera bientôt son 40e anniversaire n'a de toute évidence pas encore perdu sa passion pour le sport.

«Je riais l'autre jour avec mes enfants et ma femme en réalisant que je jouais avec un jeune (Jonathan Huberdeau) qui n'était même pas né lorsque j'ai remporté la Coupe Stanley, et je me suis dit que je pourrais peut-être jouer quelques matchs avec mes garçons», a dit Kovalev.

«Comme je l'ai dit, j'adore jouer au hockey. J'adorerais pouvoir jouer aussi longtemps que possible, mais si j'atteins un point où je ne peux plus suivre ou jouer à ce niveau-là, alors il n'y aura plus aucune raison pour que je perde mon temps ou celui des autres. En ce moment, je suis encore en très bonne forme. J'ai travaillé fort afin d'effectuer un retour et je suis heureux.»

En réalité, Huberdeau avait un an lorsque Kovalev a remporté la coupe Stanley avec les Rangers de New York en 1994. Mais le Russe qui fêtera son anniversaire le 24 février avait déjà disputé une saison complète lorsque Huberdeau est né, le 4 juin 1993.

Huberdeau, l'attaquant étoile des Sea Dogs de Saint-Jean lorsqu'ils ont remporté la coupe Memorial en 2011, grandissait dans la région de Montréal pendant que Kovalev était l'Artiste qui animait les soirées hivernales au Centre Bell durant cinq saisons entre 2004 et 2009.

Les partisans du Canadien chérissent encore leurs souvenirs de l'habile patineur et du tireur d'élite russe.

«J'ai regardé son DVD», a admis Huberdeau. «C'était mon idole et je me sens chanceux de pouvoir jouer sur son trio.»

Il se peut encore que les Panthers, qui ont repêché Huberdeau au troisième rang de l'encan de 2011, renvoient l'ailier de six pieds, un pouce aux Sea Dogs après ses cinq premiers matchs dans la LNH, de façon à ne pas perdre une année d'éligibilité à l'autonomie. Mais on dirait que le jeune homme de 19 ans est en Floride pour de bon.

L'entraîneur-chef Kevin Dineen l'a placé sur le deuxième trio en compagnie de Kovalev et du centre Peter Mueller.

Huberdeau a inscrit son premier but à son premier match dans le circuit Bettman, dans une victoire de 5-1 à domicile contre les Hurricanes de la Caroline. Les Panthers ont toutefois été blanchis 4-0 par les Sénateurs d'Ottawa lundi soir.

«C'est un très bon jeune, a reconnu Kovalev à propos de son coéquipier. Il est un bon fabricant de jeux.

«Mais il lui reste encore beaucoup de choses à apprendre pour jouer à ce niveau et être constant. Nous avons connu un bon premier match, mais (lundi) nous ne nous sommes pas présentés. C'est peut-être parce que nous l'avons eu trop facile durant le premier match, avant de disputer un match beaucoup plus exigeant. Mais notre trio était complètement endormi.»

Kovalev a reçu une invitation pour participer au camp d'entraînement des Panthers. Même s'il s'est reposé durant le lock-out, il a néanmoins convaincu les dirigeants de l'équipe qu'il avait encore du carburant au réservoir — du moins assez pour mériter un contrat d'un an d'une valeur de 1,3 million $US.

«J'étais très excité, a dit Kovalev. J'ai pu démontrer que j'avais ma place dans cette équipe et que je pouvais encore jouer à ce niveau. Et, comme je l'ai déjà dit, je remercie l'organisation de m'avoir donné cette chance.»

Il n'a plus qu'à s'accrocher afin de voir si ses fils, qui sont âgés de huit et 10 ans, pourront éventuellement jouer dans la LNH.

«C'est dans huit ans seulement», a-t-il lancé en s'esclaffant.