NOUVELLES
22/01/2013 04:37 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Renvoi d'Ahmed Al-Khabaz: le Collège Dawson donne des explications sur l'expulsion de l'étudiant en informatique qui s'est vu proposer un poste

Martin Reisch

Le Collège Dawson affirme qu’Ahmed Al-Khabaz n'a pas été expulsé parce qu'il avait trouvé une faille dans la sécurité du portail Omnivox, dédié aux étudiants. Dans un communiqué publié mardi après-midi, la direction de l’établissement montréalais explique que l’étudiant en informatique a été renvoyé pour d’autres raisons.

La nouvelle de l’expulsion d’Ahmed Al-Khabaz, révélée sur son propre site web, puis relayée lundi par plusieurs médias, dont le Huffington Post Québec, a suscité un vent de sympathie à l’égard de l’étudiant, notamment sur les réseaux sociaux.

La plupart de ses défenseurs se sont étonnés qu’il soit renvoyé du Collège Dawson parce qu’il avait découvert, fin octobre, un problème de sécurité dans le système Omnivox. Ce portail Internet permet aux étudiants d’avoir accès, entre autres, à leurs horaires de cours ainsi qu’à leurs résultats d’évaluation. Une fois la faille décelée, Ahmed Al-Khabaz en avait informé Skytech Communications, l’entreprise qui gère Omnivox.

Le Collège souligne dans son communiqué que le travail d’Ahmed Al-Khabaz a été reconnu en tant que tel et qu’il a été invité à colmater la brèche en compagnie de deux autres étudiants impliqués dans la découverte.

Selon la direction de l’établissement, l’étudiant aurait ensuite tenté à plusieurs reprises de pénétrer d’autres applications qu’Omnivox, alors que le Collège et Skytech lui avaient demandé de ne plus s’introduire dans leurs systèmes informatiques.

L’intéressé prétend qu’il a simplement voulu vérifier que la faille avait bien été corrigée.

Le Collège Dawson ne fait pas la même lecture de ses agissements. Il estime que «ces actions et comportements contreviennent au code de conduite professionnelle du programme de techniques de l'informatique». Pour la direction, il s’agit d’une «infraction sérieuse qui exige du Collège de prendre action», souligne le communiqué.

«La décision de renvoyer un étudiant est toujours une question sérieuse», poursuit le Collège, qui veut assurer le public qu'aucune décision de renvoi «n'est prise à la légère, conscients que nous sommes de l'impact qu'ont ces décisions sur la vie des individus».

D'étudiant à salarié?

Ahmed Al-Khabaz a annoncé mardi que le président de Skytech Communications lui a proposé un poste.

«Nous jugeons que cet événement ne devrait pas faire en sorte que cet étudiant doué, qui a également contribué à trouver une faille de sécurité, soit privé de faire ce qu'il aime le plus», avait indiqué l’entreprise, lundi, sur son site Internet.

Skytech avait ajouté qu'elle offrirait «à cet étudiant de travailler pour nous sur des mandats en sécurité informatique, afin qu'il puisse œuvrer dans le domaine qu'il aime».

Le communiqué du Collège explique par ailleurs que la décision de renvoyer Ahmed Al-Khabaz a suivi les protocoles prévus, et que, si l’étudiant est reconnu fautif, il pourra plaider sa cause auprès des responsables pédagogiques du département informatique de l'établissement.

De son côté, le Syndicat des étudiants et étudiantes du Collège Dawson (SECD) a offert son appui à Ahmed Al-Khabaz. «Le Collège Dawson devrait être reconnaissant de son talent et de sa prévoyance. Ils doivent immédiatement réintégrer Hamad, rembourser la dette qu'il a encouru à la suite de son expulsion injuste et lui offrir des excuses publiques», a fait valoir lundi Morgan Crockett, la directrice des affaires internes et pédagogiques du SECD.