NOUVELLES
22/01/2013 06:55 EST | Actualisé 24/03/2013 05:12 EDT

Bulgarie: l'homme nie avoir voulu tuer Ahmed Dogan

SOFIA, Bulgarie - L'homme qui a pointé une arme en direction d'un politicien bulgare affirme qu'il voulait seulement l'effrayer et non le tuer.

Un tribunal a statué mardi que Oktay Enimehmedov devra demeurer incarcéré pour l'empêcher de s'enfuir, mais aussi pour sa propre sécurité.

L'homme de 25 ans pourrait écoper de six ans de prison pour avoir pointé son arme contre Ahmed Dogan, le leader du Mouvement des droits et des libertés, au moment où celui-ci prononçait un discours dans la capitale samedi.

Enimehmedov était muni d'un pistolet à gaz, une arme non létale qui est utilisée à des fins d'autodéfense. Des experts expliquent toutefois qu'une arme de ce genre peut causer des blessures potentiellement mortelles si elle est utilisée à bout portant.

Enimehmedov a déclaré au tribunal que son seul regret est que son arme n'ait pas fonctionné.

M. Dogan a repoussé le bras d'Enimehmedov au moment où celui-ci tentait de faire feu. D'autres délégués ont jeté l'agresseur au sol et l'ont roué de coups. Les procureurs ont indiqué lundi qu'ils étudient cette raclée, mais qu'ils n'ont pas encore décidé si des accusations seront portées.

Le Mouvement des droits et des libertés défend les intérêts des Turcs et des musulmans en Bulgarie. M. Dogan en est le leader depuis qu'il l'a fondé en 1990. Lors de la conférence de samedi, il a annoncé que son adjoint, Lyutvi Mestan, lui succédera à la tête de la formation.