Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Briser le silence sur le pensionnat autochtone à Maliotenam

La Commission de vérité et de réconciliation du Canada a recueilli les premiers témoignages de survivants qui ont vécu au Pensionnat Notre-Dame, à Maliotenam, de 1952 à 1970.

William Fontaine, du conseil de bande de Uashat-Maliotenam, a été la première personne à briser le silence dans la communauté innue située près de Sept-Îles.

Âgé de 34 ans, William Fontaine n'a pas passé son enfance au pensionnat de Maliotenam, mais il a raconté comment il a vécu la souffrance et la violence de ses parents qui, eux, ont été arrachés à leur famille. Il a pris la parole pour demander pardon à sa mère.

La commissaire Marie Wilson a apprécié entendre tout d'abord le témoignage d'un enfant de survivants. Selon elle, ce dernier a ouvert la porte à d'autres.

Plusieurs témoignages en public ou en privé se sont succédé au cours de la journée. Une femme a raconté comme elle a été enlevée à sa famille pour être envoyée au pensionnat.

« Il devrait être très tard lorsque le bateau a accosté à Natashquan, tard dans la nuit. Ils sont partis avec des jeunes », a-t-elle expliqué devant le public avant de poursuivre.

Les audiences se poursuivront mercredi à Maliotenam.

Après son passage sur la Côte-Nord, la Commission de vérité et réconciliation du Canada poursuivra sa tournée au Québec. Elle sera les 5 et 6 février à Val-d'Or, les 5 et 6 mars à Québec, les 19 et 20 mars à Chisasibi ainsi qu'à Montréal, du 24 au 27 avril.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.