NOUVELLES
21/01/2013 05:23 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

Venezuela: Chavez reviendrait bientôt au pays, affirme l'un de ses frères

CARACAS, Venezuela - L'un des frères du président du Venezuela Hugo Chavez a annoncé lundi que celui-ci devrait rentrer de Cuba au cours des prochains jours, alors qu'il continue de se remettre, près de six semaines après une chirurgie pour soigner un cancer.

Argenis Chavez, l'un des cinq frères du chef d'État et le président de la Corporation électrique nationale, a déclaré à l'Associated Press que le leader vénézuélien continuait de prendre du mieux.

M. Chavez n'a pas été vu et ne s'est pas exprimé en public depuis qu'il a quitté le pays pour se rendre à Cuba, le 10 décembre, pour subir sa quatrième opération liée à un cancer.

Argenis Chavez dit avoir récemment vu et parlé avec son frère à La Havane, bien qu'il n'ait pas spécifié la date de la rencontre, ni indiqué dans quel état de santé se trouvait le président. Il a précisé que Hugo Chavez demeurait à Cuba, en compagnie de ses enfants.

Lors d'une entrevue télévisée, dimanche, le vice-président Nicolas Maduro a précisé que M. Chavez complétait une étape «post-opératoire» de son traitement, et devait bientôt entamer une «nouvelle phase», qui, a-t-il dit, serait annoncée.

Le président suit des traitements pour le cancer depuis juin 2011, mais a refusé de donner des précisions sur le cancer pelvien qu'il combat, ou l'endroit d'où les tumeurs ont été retirées.

Les alliés de M. Chavez à l'Assemblée nationale ont repoussé son inauguration à une date ultérieure. L'opposition a argué que le geste était anticonstitutionnel, mais la Cour suprême s'est rangée du côté du gouvernement et a jugé que le président pouvait prêter serment devant la cour lors d'une date à déterminer.

Un ancien ministre de la Défense désormais emprisonné, Raul Baduel, s'est joint à d'autres détracteurs du gouvernement et accuse les alliés du président de piétiner les normes démocratiques.

Selon lui, les institutions démocratiques du pays ont été dégradées et «tout tourne autour de l'ambition personnelle de Hugo Chavez de demeurer au pouvoir malgré la destruction du pays».