NOUVELLES
21/01/2013 07:50 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

Open d'Australie - Le retour du Federer Express

Le Suisse Roger Federer a sprinté comme aux plus belles heures jusqu'en quarts de l'Open d'Australie, son trente-cinquième de suite en Grand Chelem, lundi à Melbourne.

Vainqueur 6-4, 7-6, 6-2 du Canadien Milos Raonic, le N.2 mondial a offert un nouveau récital sur la Rod Laver Arena, infiniment plus tranquille que Novak Djokovic qui avait été poussé au bout du cinquième set par Stanislas Wawrinka la veille, un match que Federer a suivi "jusqu'au bout" à la télé.

Impérial au service, Federer a poursuivi sur la lancée de son excellent début de tournoi et reste le seul joueur en lice à ne pas avoir été breaké une fois.

Mieux, il n'a autorisé que quatre balles de break au total à ses quatre premiers adversaires et Raonic, 15e mondial, ne s'est pas procuré une seule lors d'un match à sens unique qu'il a contrôlé de bout en bout.

"Plus on en parle, plus je vais me faire breaker, je préfère donc ne pas en parler", a-t-il plaisanté après avoir dompté le serveur canadien, auteur d'une pointe à 233 km/h sur sa mise en jeu. "C'était une bonne soirée, j'étais concentré sur mon service. Au fil du match je me suis senti de mieux en mieux."

Cette victoire lui permet d'atteindre pour la 35e fois de suite les quarts de finale en Grand Chelem, peut-être le plus fabuleux de tous ses records.

La dernière fois qu'il a perdu plus tôt dans un Grand Chelem remonte à bientôt neuf ans et sa défaite contre Gustavo Kuerten à Roland-Garros en 2004.

Il retrouvera mercredi Jo-Wilfried Tsonga qui a battu Richard Gasquet (6-4, 3-6, 6-3, 6-2) dans un duel 100% français.

"Ca va être intéressant, c'est un joueur très explosif, avec un super service", a commenté Federer qui mène 8-3 dans leurs confrontations. "Si j'arrive à maintenir ce niveau, je me donne une bonne chance d'aller loin dans le tournoi, ce qui est le but évidemment", a-t-il ajouté.

L'autre quart de finale dans le bas du tableau opposera Andy Murray au surprenant Français Jérémy Chardy, joueur le moins bien classé en quarts.

Chardy, 35e mondial, a battu l'Italien Andreas Seppi 5-7, 6-3, 6-2, 6-2 pour confirmer son exploit sur Juan Martin Del Potro au tour précédent.

A 25 ans, il obtient le meilleur résultat de sa carrière en Grand Chelem où il avait seulement atteint les huitièmes à Roland-Garros en 2008.

"Ca a été dur au début, mais je me devais d'être fort dans ma tête. C'est la première fois que je joue bien dans ce tournoi, je suis très content", a déclaré le Palois qui n'avait gagné qu'un match en quatre participations jusque-là.

Seul pays avec l'Espagne à placer deux représentants dans le Top 8, la France confirme ainsi la bonne santé de son tennis masculin, même si le graal - une victoire en Grand Chelem - se fait toujours attendre.

Gilles Simon aurait même pu permettre à la France de placer trois joueurs en quarts d'un Grand Chelem pour la toute première fois. Mais, épuisé par son marathon contre Gaël Monfils, il n'a pas existé face à Murray (6-3, 6-1, 6-3).

L'Ecossais partira évidemment favori face à Chardy mais se méfiera d'un joueur qui l'a battu lors de leur dernière rencontre

Chardy aura en plus un soutien de choix avec Serena Williams, qu'il côtoie à l'Académie Mouratoglou et qui a surclassé Maria Kirilenko (6-2, 6-0) pour retrouver Sloane Stephens dans un choc des générations.

L'autre quart de finale dans le haut du tableau féminin opposera la N.1 mondiale Victoria Azarenka à une revenante, Svetlana Kuznetsova, retombée au 75e rang mondial après une blessure au genou mais de retour sur le devant de la scène grâce à sa victoire 6-2, 2-6, 7-5 sur Caroline Wozniacki.

jk/jr