NOUVELLES
21/01/2013 07:37 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

McGill se dit la cible de demandes abusives d'accès à l'information

Le torchon brûle entre l'Université McGill et certains de ses étudiants, qu'elle soupçonne d'avoir coordonné un acte de vengeance en l'inondant de demandes d'accès à l'information.

Les sommes débloquées pour recruter un nouveau principal, les frais de déplacement des membres de l'administration de l'université et le contenu du réfrigérateur de la direction sont autant d'informations que 14 étudiants désormais fichés dans une motion déposée à la Commission d'accès à l'information du Québec (CAI) ont souhaité obtenir.

Le 7 décembre dernier, McGill a demandé à la CAI l'autorisation de refuser de traiter certaines demandes d'accès, qu'elle juge trop nombreuses, répétitives et systématiques. En 2011, le nombre de demandes était de 37; en 2012, il est passé à 170.

Le nom de Christopher Bangs apparaît sur la requête envoyée par McGill à la CAI. L'étudiant de troisième année en économie recense depuis octobre dernier les demandes d'accès à l'information concernant McGill, et il les publie ensuite sur son site web, McGillileaked. Il dit le faire dans l'intention d'informer la population, tout simplement.

Quand on lui demande si la production d'un nombre grandissant de demandes d'accès à l'information constitue un acte de vengeance, comme le soutien McGill, il rit.

« Je ne sais même pas de quoi ils parlent. Ce sont des gens [qui envoient les demandes] qui ne travaillent pas de pair. Il n'y pas de conspiration, ces personnes-là sont simplement intéressées à en savoir davantage sur McGill », lance-t-il.

Lui-même dit s'être fait référer au système de demandes d'accès par des employés de l'établissement, qui refusaient de lui fournir des informations dont il avait besoin, dit-il, pour documenter son implication dans des campagnes de sensibilisation ou des groupes antiguerre sur le campus, notamment.

Pour Olivier Marcil, vice-principal aux affaires externes à McGill, il ne fait pourtant aucun doute que les demandes formulées par les étudiants sont abusives et qu'elles s'inscrivent dans un geste concerté.

« Ils savent pertinemment que leurs demandes sont trop larges, dit-il. Il y a une procédure à suivre pour permettre à un employé de répondre à la demande dans les délais prévus par la loi. Mais quand une demande est trop large, évidemment, c'est plus difficile. Ce n'est pas qu'on ne veut pas, mais c'est difficile. »

Résultat : McGill s'est prévalu de l'article 137.1 de la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, qui fait en sorte que la Commission sur l'accès à l'information « peut autoriser un organisme public à ne pas tenir compte de demandes manifestement abusives par leur nombre, leur caractère répétitif ou leur caractère systématique ou d'une demande dont le traitement serait susceptible de nuire sérieusement aux activités de l'organisme ».

« Les demandes sont répétitives, elles sont faites par un petit groupe d'individus, elles sont très larges, couvrent plusieurs années et demandent des recherches dans des centaines ou des milliers de documents », affirme M. Marcil.

« Ils [ceux qui envoient les demandes] savent qu'on ne pourra pas répondre. Pour eux, c'est une façon d'exprimer leur mécontentement contre l'administration et de démontrer qu'elle ne pourra pas répondre à leurs demandes. Ils veulent dire que l'administration gouverne mal l'institution ou qu'elle gère mal l'argent », poursuit-il, non sans mentionner avoir observé une « forte hausse des demandes » dans la dernière année, « après les deux occupations [des bureaux de l'administration] et la grève étudiante ».

Si Christopher Bangs assure que les personnes concernées par la motion ne se connaissent pas, le réseau social Facebook apporte un point de vue différent. Dans la liste d'« amis » Facebook d'une personne visée par la requête de McGill se retrouvent 10 des 14 personnes concernées par la demande. Impossible de savoir à quel moment ces amitiés virtuelles ont commencé, toutefois.

Reste que pour M. Marcil, il ne fait aucun doute : toutes ces demandes cachent une « opération concertée pour embarrasser l'administration » de McGill.

« Et s'ils ne se connaissent pas, eh bien ils sont très bons pour plagier leurs demandes! » lance-t-il, une pointe d'ironie dans la voix.